Nouveau : un musée qui fait gerber…

Un pénis de taureau cru, une spécialité chinoise (© Disgusting Food Museum)

Après Malmö (Suède), Los Angeles a accueilli un musée éphémère étonnant. Il est dédié à la nourriture peu ragoutante… voire même quasiment « dégueu » pour des estomacs occidentaux. Prés de 80 plats internationaux, recettes ou produits, seront exposés… Certains le seront sous cloche… à cause de leur odeur nauséabonde… Par sécurité, on vous donnera quand même un sac à vomi à l’entrée !

Pour le conservateur du Disgusting Food Museum, le psychologue américain Samuel West, le but est de se poser la question sur la notion de dégoût, l’idée qu’on se fait de ce qui est mangeable ou non, et de sensibiliser le grand public – a ce que sera la nourriture de demain ?

Le fameux nattō japonais à base de graines de soja fermentées. (© Disgusting Food Museum)

« Nous devons nous interroger sur la notion de dégoût si nous voulons être capables de nous intéresser à des sources de protéines moins néfastes pour l’environnement, comme les insectes », a-t-il expliqué à l’édition suédoise de The Local. Certes, on n’en est pas encore là, pas encore… Mais ça donne quand même à réfléchir.

Les Français, toujours en avance sur leur temps, mangent bien des escargots et des grenouilles… Mais revenons à nos têtes de moutons mijotées, scarabées et mygales grillés… et visitons ce musée d’un nouveau genre..

Vous reprendrez bien un bout de pénis de taureau cru à la chinoise…

Déjà, à l’entrée, une hôtesse vous attribuera en guise de billet… un sac à vomi ! Car il y a du lourd… Parmi les 80 spécialités locales proposées, on trouvera, entre-autres, une friandise à base de requin fermenté (spécialité islandaise), du durian (un fruit asiatique connu pour son odeur nauséabonde qui a occasionné l’évacuation d’un avion en Indonésie) ou encore du casu marzu (un fromage de Sardaigne où pullulent des larves d’asticot bien vivantes).

« On s’arrêterait bien là dans la description, mais difficile de ne pas parler du pénis de taureau cru (Photo de Une) et de la bouteille d’alcool pleine de cadavres de souriceaux », ajoute Slate. On n’a pas publié la photo, ni celle de la tête de mouton mijotée ou du hamster grillé… On continue la visite ?

Vers mopane, plat traditionnel des Ovambos, une tribu d’Afrique australe établie en Namibie et en Angola (© Disgusting Food Museum)

L’odorant « surströmming » suédois a posé problème

Outre le vin de serpent asiatique, le fameux surströmming, spécialité suédoise à base de harengs fermentés, a posé quelques problèmes… d’étanchéité.

« On a testé, encore testé, et on a presque dû quitter les bureaux à cause de l’odeur. Je pense que c’est réglé désormais, mais je ne suis pas encore sûr. C’est l’un des trucs qui m’empêche encore de dormir la nuit », reconnaît Samuel West.

Pour se prémunir des effluves trop envahissantes, les 80 plats seront remplacés tous les jours, afin de les présenter frais et intacts. Les « dates limites » du jour seront stockées dans des bocaux spécialement prévus pour contenir les odeurs…

Cette initiative d’un nouveau genre est le dernier projet du psy américain. Il a notamment initié le Museum of Failure, un musée dédié aux inventions ratées dont il existe aujourd’hui des franchises un peu partout dans le monde, Los Angeles, Toronto et prochainement Shanghai.

Si le cœur (et surtout l’estomac) vous en dit, le Disgusting Food Museum est encore à visiter jusqu’au 29 janvier 2019, à Malmö (Suède). Ou si vous passez par Los Angeles…

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY