La Normandie, entre Côte d’Albâtre et Côte Fleurie (2/2)

A son embouchure, le fleuve de la Touques forme une frontière naturelle entre Deauville et Trouville-sur-Mer.

 Le littoral normand s’étend sur près de 640 km jalonnés de petites « côtes » aux noms évocateurs. Après une première escale à Honfleur nous avons choisi de découvrir les façades calcaires de la côte d’Albâtre autour de deux escales proches avant de nous laisser emporter par les plages de sable fin et les mythiques stations balnéaires de la côte Fleurie. Dépaysement assuré !

De l’embouchure de la Seine à celle de l’Orne, la côte fleurie déroule 40 km de plages sableuses à souhait qui font le succès des fameuses stations balnéaires que sont Cabourg, Deauville et Trouville-sur-Mer.

Depuis 1875 Deauville implante des parasols sur sa plage avec cette façon bien particulière de nouer les jupes lorsque le parasol est replié et planté dans le sable. Il y en aurait 450 sur 2 km de plage.

La Côte Fleurie et ses plages.

Trouville-sur-Mer devient la « Reine des Plages » et les hôtels et les villas se multiplient. Quand on quitte l’eau et la plage, c’est vers les casinos qu’on se tourne pour y jouer mais aussi pour y danser et y voir des spectacles. Par ailleurs il fallut la passion pour le cheval du duc de Morny, demi-frère de Napoléon III, pour que change la physionomie de la rive gauche de la Touque, là où Deauville se résumait à quelques fermes établies sur des pentes autour de l’église du village, surplombant des marais où paissaient vaches et moutons.

En 1861, il fit prolonger la ligne de chemin de fer Paris-Lisieux-Pont-l’Evêque jusqu’à la mer et entreprit en 1864 de faire construire un hippodrome qui draina les foules depuis Paris. Il n’en fallut pas plus pour que Deauville sorte des marais et que sa population soit multipliée par dix. La vie sportive devient également un élément majeur de la vie balnéaire : courses, bicyclette, tir aux pigeons, croquet.

Construites entre 1860 et 1880, les villas normandes qui longent la côte à Trouville-sur-Mer sont typiques de l’éclectisme architectural du 19ème siècle.

C’est tout un art de vivre qui émerge dans les stations balnéaires de la Côte Fleurie qui deviennent des théâtres d’élégance pendant la belle saison, lieux de sociabilité mondaine de la bonne société en villégiature.

Quelque 150 villas sont construites à Cabourg qui connaît un engouement de la part d’une clientèle parisienne. En 1907 on y inaugure le Grand Hôtel qui apparaît comme un joyau de raffinement avec son alliance d’aménagements pratiques et de décoration luxueuse. C’est l’apogée de la Belle Époque.

Au lendemain de la grande guerre, la mer conserve son attrait et s’ouvre à tous. Fernand Moureaux, maire de Trouville-sur-Mer et homme d’affaires avisé savait que 1936, l’année des premiers congés payés, marquait le centenaire des vacances de Gustave Flaubert sur les bords de la Touques et il fit construire l’hôtel Flaubert, dans un style neo normand et le seul qui soit juste en face de la mer et au-dessus des Planches.

C’est lui encore qui, pour pallier à la concurrence rude avec Deauville, décide de modeler la réputation de Trouville-sur-Mer comme port de pêche traditionnel normand. Il transforme les façades sur le quai dans le style régionaliste et construit une nouvelle halle à poissons. Pari réussi, le port de pêche est devenu l’image de marque de la station balnéaire.

La mairie de Deauville construite en 1861, un an après la naissance de la ville, a été « normandisée » en 1950 avec un faux pan de bois vertical dans les parties hautes.

Aujourd’hui encore même les 1.200m de la promenade des Planches bordée de sable doré dévoile un bel échantillon de l’architecture balnéaire. Par ailleurs le charme de la petite station provient aussi du dédale de ruelles pentues, d’impasses et de passages étroits longés de maisons à pans de bois entre quartiers de pêcheurs et ceux des boutiques et restaurants.

Enfin, assister à marée haute au retour des chalutiers qui ramènent dans leurs filets des poissons et des crustacés que l’on retrouve ensuite sur les étals colorés du Marché aux Poissons est un plaisir qui ne lasse jamais les curieux et encore moins les gastronomes qui se régalent sur les bars à dégustation.

La Côte Fleurie et son versus culturel.

Il n’y a pas que les plaisirs de la baignade et des jeux de plage, les stations balnéaires de la côte Fleurie ont d’autres richesses à offrir qu’il ne faut surtout pas bouder tant ils sont exceptionnels chacun dans leur style. Au-delà des nombreuses façades des villas que l’on peut admirer au fil de la promenade, il en est une, à Cabourg, qui a ouvert ses portes le 19 mai 1921 pour offrir un espace muséal dédié à l’épopée de la Belle Époque.

Une machine à remonter le temps grâce à une scénographie qui associe des ambiances visuelles, sonores, musicales, numériques et même olfactives, comme pour mieux s’immerger dans la Belle Epoque. La Villa du Temps retrouvé a pris place au sein de la villa Bon Abri érigée en 1860 au coeur du plan urbain en éventail imaginé à l’époque par l’architecte Paul Leroux.

Les squares de Deauville avec des paysages naturels devant de belles façades normandes invitent à faire une halte pour laisser le temps s’écouler.

Ce lieu innovant se veut un espace pour mieux comprendre le temps suspendu de la Belle Époque, entre deux siècles, entre deux mondes. Ici le visiteur peut s’asseoir dans les fauteuils, jouer du piano, écouter de la musique, feuilleter des ouvrages de la bibliothèque, admirer de près les peintures qui présentent des portraits évoquant des figures mondaines importantes, des scènes de plage, de champs, de ville qui montrent la diversité sociale, les contrastes forts entre les classes aisées et les populations laborieuses.

Il faut aussi découvrir la première exposition temporaire dédiée à Fantômas né en 1911 dans l’imagination de deux journalistes, Marcel Allain et Pierre Souvestre, ce héros de la littérature populaire qui va conquérir les lecteurs riches et pauvres, unifiant ainsi une société divisée. La Belle Epoque tremble devant les voyous qui la font pourtant rêver. Tout comme Arsène Lupin inventé par Maurice Leblanc en 1905. Le premier film de Fantômas sort en 1913, la même année que la publication du chef d’œuvre de Marcel Proust, Du côté de chez Swann. Deux miroirs de la Belle Epoque, vue de deux mondes opposés. Passionnant. https://villadutempsretrouve.com.

Le Normandy est un hôtel-palace inauguré en 1912 qui affiche une architecture traditionnelle régionale à colombages vert pastel et damiers de pierres.

Deauville a ouvert, également en mai 2021, un lieu de culture permanent, Les Franciscaines, à la fois musée, médiathèque et salle de spectacles. Un lieu transgénérationnel ouvert à tous, même aux touristes de passage et l’expérience d’une journée ou moins à vivre sur place est unique. L’architecte et scénographe Alain Moatti en dit: « un lieu de vie est un endroit où l’on aime rester et profiter de l’espace pour flâner, lire, étudier, visionner un film, écouter de la musique, faire des recherches… »

Ici tout est possible. Tout a commencé par la donation à la ville de Deauville de la collection du peintre André Hambourg, heureux prétexte à la conception et à la réalisation d’un établissement culturel. 10 ans ont passé depuis, le temps de rénover et de réhabiliter le bâtiment patrimonial de la congrégation des franciscaines jadis couvent-orphelinat qui survit aujourd’hui dans le nom du site. La cour du cloître est l’espace d’accueil des Franciscaines et apparaît comme le lieu où s’harmonisent l’ancien et le moderne de la façon la plus ostensible.

Le cadre historique du cloître subsiste, surmonté d’une verrière animée par un immense lustre qui pendant la journée filtre tous les états du ciel et en soirée multiplie sa lumière dans les 14285 tubes qui le constituent.

Placés en avant des façades intérieures préservées huit piliers métalliques soutiennent une immense verrière où sont accrochés quelque 14.000 tubes de polycarbonate de longueur variable donnant forme à cet immense lustre qui réagit à la lumière changeante du littoral normand. Le parcours du visiteur jalonné de dispositifs numériques fait de celui-ci un acteur de sa visite, jusqu’à lui permettre de créer sa propre exposition.

En effet, le visiteur immédiatement mis en contact des collections numérisées devient le commissaire d’exposition d’un musée imaginaire en sélectionnant les images ou les films qu’il préfère et en les partageant sur 11 grands écrans vus par les visiteurs suivants.

Dès ses premiers pas aux Franciscaines, le visiteur est happé par la dimension numérique du projet. Onze écrans s’affichent en hauteur dans la galerie proposant une véritable promenade numérique construite par les visiteurs eux-mêmes.

Le musée dédie deux salles distribuées sur deux niveaux à André Hambourg qui passa une partie de sa vie à Deauville où il louait la même cabine pour y croquer la vie sur la plage estivale sous des ciels perpétuellement changeants.

Enfin, 5 univers structurent le lieu, dédiés au cheval, au spectacle, à l’art de vivre, à la jeunesse et aux mémoires de Deauville, ils permettent de traverser les grandes thématiques qui ont forgé l’identité de station balnéaire depuis la fin du 19ème siècle.

Les scénographes ont eu la belle idée de créer un « ruban de la connaissance » sous la forme de rayonnages en continu qui ondulent parmi les univers et les relie, comme autant de chapitres d’une même histoire… Une journée ne suffit pas pour en faire le tour, déjà on rêve d’y revenir pour ouvrir d’autres portes www.lesfranciscaines.fr

Le Paléospace de Villers-sur-Mer présente le monde jurassique grâce à une riche collection de fossiles mais aussi la reconstitution de squelettes de dinosaures à partir d’ossements retrouvés dans les roches normandes.

Autre escapade de quelques heures au Paléospace Odyssée construit au bord d’un marais littoral à Villers-la-Mer, de quoi s’offrir un voyage atypique qui propose de remonter le temps jusqu’à l’ère du Jurassique, il y a 160 millions d’années lorsqu’une mer chaude recouvrait la Normandie. Dans une salle de grands dinosaures se dévoilent grâce entre autres aux restes fossiles découverts sur les terres normandes.

Dans une galerie qui raconte l’histoire des fossiles, grands squelettes et petits fossiles permettent de mieux appréhender cette époque et de comprendre comment ils sont parvenus jusqu’à nous. Une salle est également dédiée au méridien de Greenwich car Villers-sur-Mer est la seule station littorale située sur le célèbre méridien ce qui signifie qu’au lieu 0 matérialisé sur la digue centrale par un marquage au sol, selon qu’on le franchisse d’un côté ou de l’autre on passe de l’est à l’ouest de la planète et inversement.

Le Paléospace de Villers-sur-Mer affiche d’emblée son invitation à revenir au temps du Jurassique, il y a 160 millions d’années, quand une mer chaude recouvrait la Normandie.

Une méridienne a même été érigée à l’intérieur du musée et par un astucieux mécanisme elle laisse passer un rayon de soleil qui vient donner la date précise du jour. Enfin un planétarium 360* permet de découvrir le cosmos dans un voyage à travers la voie lactée, les constellations, les planètes et les étoiles www.paleospace-villers.fr.

A lire ou relire: La Normandie, entre Côte d’Albâtre et Côte Fleurie (1/2)


Infos.

Un site riche en informations www.normandie-cabourg-paysdauge-tourisme.fr

On ne peut que saliver à la vue des étals de poissons et crustacés du marché de Trouville-sur-Mer.

Se loger et se nourrir : Nous avons testé le Manoir d’Hastings à Bénouville non loin de Caen. 4 chambres à thème très cosy dans une vieille bâtisse joliment restaurée avec au rez-de-chaussée un restaurant qui propose une très belle carte savoureuse entre mer et terre www.manoirdhastings.fr

Rien de tel quand vous n’avez plus envie de bouger, juste de profiter de la quiétude des lieux ouverts sur un jardin clos. Quand on voyage sur les côtes normandes, on ne peut que goûter le poisson soit aux marchés au poisson qui offrent des tables de dégustation ou sur une table avec le plus souvent vue sur mer.

Le Bistrot Le Vivier situé sur les planches à Trouville-sur-Mer est le lieu idéal pour découvrir des spécialités de fruits de mer et de poissons cuits a la plancha à découvrir en famille ou entre amis Bistrot Le Vivier • Trouville-sur-Mer (restaurantlevivier.com). Dernière adresse, Le Baligan à Cabourg, une salle bistrot chic avec la fraîcheur des produits de la mer assurée Le Baligan, Restaurant de Poissons, Fruits de mer à Cabourg – Normandie

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY