La biométrie pour voyager mieux

SITA, fournisseur de solutions en communication et IT pour compagnies aériennes, aéroports et avions, vient de publier un rapport qui met l’accent sur la biométrie.

C’est une étape supplémentaire : cela fait des années déjà qu’aux États-Unis, on vous photographie le visage, et/ou l’iris de l’œil, et on prend vos empreintes digitales complètes. Tout ceci à l’arrivée dans le pays, et donc à l’usage quasi exclusif des Services de Renseignements.

L’idée promue par SITA est surtout de faciliter les passages obligés aux contrôles en self-service : s’assurer que la personne que vous prétendez être selon votre passeport est bien vous.

La photo de votre visage est alors analysée par un programme de biométrie, comparée à la photo du passeport, et c’est beaucoup plus rapide que tout autre système.

Apparemment, 63% des aéroports dans le monde et 43% des compagnies aériennes envisagent d’investir dans ces systèmes de biométrie, pour faire face au doublement du nombre de passagers dans le monde, attendu dès 2036 : c’est dans 18 ans seulement !

La rapidité des contrôles deviendra un argument important, aussi bien pour les aéroports que pour les compagnies. Et ce qui ne gâte rien, les passagers sont demandeurs !

Des expériences de terrain sont déjà en cours à l’aéroport de Brisbane, chez British Airways, JetBlue et à l’aéroport d’Orlando. SITA tente évidemment d’intéresser l’IATA. Mais voyons plus loin : il est évident que cette biométrie serait intéressante et applicable aussi pour l’accès aux bateaux de croisière ou aux quais internationaux dans les gares, par exemple.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY