Wencke Lemmes et Brussels Airlines à l’honneur

Ce mercredi 3 Mai, l’Aviation Press Club décernait son trophée « PR of the Year » dans les locaux de Belgocontrol. L’occasion pour la presse de retrouver quelques personnalités de l’aviation en Belgique, et surtout de rendre hommage à la gagnante !

Parlons d’abord des problèmes de nuisances

C’est au Président de l’APC Luk De Wilde qu’est revenu le plaisir d’ouvrir la séance : il n’a pas manqué d’évoquer le plus gros challenge de Brussels Airport : si les avions actuels, dit-il, sont 75% moins bruyants qu’il y a 50 ans, le « noise challenge » concerne toute la profession pour les mois et années à venir. La pression des populations plus ou moins riveraines de l’aéroport est de plus en plus forte, et il faudra trouver une solution avec tous les partenaires concernés.

Objectiver les choix

Une solution suggérée aussi par Johan Decuyper, CEO de Belgocontrol : faire appel à une autorité d’arbitrage neutre telle que TCB, le Technical Cooperation Bureau, dont le rôle serait d’objectiver les choix d’utilisation des pistes.

Une lauréate unanimement appréciée

On en vient ensuite à ce qui rassemblait les journalistes ce jour : la remise du trophée. C’est en effet la très appréciée Wencke Lemmes, Vice-President Corporate Communications de Brussels Airlines, qui a été mise à l’honneur cette année, à la grande satisfaction des présents. Moment toujours très attendu, la présentation de la lauréate de l’année par Patrick Anspach, ex-Président de l’APC.

Comme Mlle Beulemans

Patrick présente Wencke par cette expression espagnole que tout le monde comprendra : « es un bonbon » ! Il fait aussi référence à Mlle Beulemans, qui disait en minaudant : « Vous voyez bien qu’on ne peut rien me refuser ».

Il trace ensuite un portrait à la fois privé et professionnel de Wencke, native de Monchau (à nos frontières !), qui a fait sa scolarité en Belgique pour y apprendre les deux autres langues nationales (puisqu’elle possédait déjà l’allemand), et faire des études en journalisme et communication à l’ULB.

Une carrière à la mesure de la personne

Wencke entre ensuite chez Lufthansa en 2000, et quand elle rejoint Brussels Airlines, son patron de l’époque lui demande si elle sait ce que dorénavant elle ne pourra plus faire. Et Wencke, fine mouche, de répondre : « Faire comme chez Lufthansa ».

Cette petite phrase souligne à la fois l’intelligence du personnage, et sa grande « dedication » à Brussels Airlines. Avec tout l’humour qu’on lui connaît, Patrick Anspach va même jusqu’à révéler devant le CEO que le vrai patron de Brussels Airlines n’est pas Bernard Gustin, mais bien Wencke Lemmes.

Les bonnes nouvelles de Brussels Airlines…

Ceci dit, nous avons évidemment profité de l’occasion pour échanger quelques mots avec Bernard Gustin, qui revenait du vol inaugural de BA sur Mumbai. Le CEO avait une légitime fierté de nous dire que le réseau long-courrier de BA était très rentable. Mumbai s’annonce dores et déjà quasi complet pour les 3 prochains mois, mais il faudra voir sur le long terme.

L’Amérique du Nord a dépassé l’Afrique en rentabilité. Et plus généralement encore, le taux de remplissage de la compagnie belge est d’environ 74%, contre les quelques 61% lors des dernières années de Sabena.

et son identité

Le CEO espère de tout cœur que l’identité de Brussels Airlines sera maintenue. Un changement récent à la tête d’Eurowings est de bon augure à cet égard, puisque c’est surtout l’ancien patron de la compagnie allemande qui pressait le groupe LH à intégrer Brussels Airlines dans Eurowings.

Entretemps BA a trouvé un accord d’intégration avec Thomas Cook Airlines, ce qui lui ouvre de nouvelles perspectives. L’avenir s’annonce donc sous les meilleurs auspices, et Wencke Lemmes continuera longtemps à effectuer son remarquable travail de liaison avec la presse.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY