Wallonie : des festivals soucieux d’environnement

Les organisateurs de 16 festivals de musique en Wallonie viennent de signer une charte commune en faveur de l’environnement et du développement durable. Concrètement, ils s’engagent à proposer à leur public des initiatives pour réduire les emballages, trier les déchets ou encore favoriser le covoiturage.

Le Durbuy Rock Festival, l’Inc’Rock Festival, le Roots & Roses, le Bear Rock Festival, Les Ardentes, LaSemo, le Dour Festival, Les Francofolies, Esperanzah, le Ronquières Festival, le Microfestival, Le Bucolique Ferrières Festival, Scène sur Sambre, le Ward’in Rock, Le Père Noël est un rockeur et Jyvazik représentent ensemble quelques 500.000 spectateurs cumulés.

Sensibiliser les festivaliers

En prélude à l’Inc’Rock Festival d’Incourt, ces seize organisateurs de concerts de musique en Wallonie ont signé la charte ‘Wallonie#Demain’ qui prône la bonne gouvernance en matière de respect de l’environnement.

Festivals 1 - recadrer chaisesL’idée en échoit au ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio (qui, voici bientôt 30 ans, initia le Dour Festival). « Le principe est de rassembler et mettre en valeur les différentes initiatives environnementales mises en place par ces organisateurs de festivals », souligne-t-il.

« Outre faire connaître ces démarches auprès d’une part significative de la population wallonne, le but est que ces organisateurs puissent aussi découvrir et s’échanger des pratiques innovantes qui ne sont pas forcément connues de tous. »

De Festiwapp à Wallonie#Demain

Dans le cadre de cette convention, les organisateurs de festivals entendent privilégier différentes actions concrètes en matière de sensibilisation à l’environnement.

Festivals 4C’est bien sûr l’obligation de gobelets réutilisables, mais aussi l’installation d’îlots de tri, l’utilisation de vaisselle biodégradable, la présence de toilettes sèches afin de réduire la consommation d’eau, la réduction au strict minimum des supports publicitaires, l’éclairage avec des ampoules LED ou encore l’interdiction de distribuer des flyers ou des gadgets pour limiter la production de déchets.

La promotion du développement durable n’est pas négligée dans la charte. Elle prône les circuits courts, l’offre d’alternatives en matière de mobilité (bus, covoiturage, accès aux PMR…), la mise à disposition de points d’eau potable, l’organisation de Repair Café, le contrôle des nuisances sonores (bouchons d’oreilles et casques antibruit gratuitement mis à disposition), l’installation de panneaux solaires, les décors réutilisables…

Festivals 3Une campagne de sensibilisation qui n’est pas neuve. Mais pour ses trois ans, elle change de dénomination. « Le nom de ‘Festiwapp’ (Wallonie Plus Propre) n’était pas très compréhensible du public », concède le ministre wallon de l’environnement. « Et puis, il fallait un nom qui dépasse l’aspect lié aux déchets car des initiatives dépassaient ce seul aspect. Je pense notamment à celle du covoiturage ».

Renseignements complémentaires sur le site www.walloniedemain.be ou la page Facebook éponyme.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY