Voyages de Noël, pourquoi une quarantaine obligatoire dans TOUS les cas ?

Votre comportement est plus important que l’endroit où vous vous trouvez.

Dans seulement quelques jours, les vacances de Noël débuteront. Madame Moykens a annoncé le 8 décembre la quarantaine obligatoire pour tout voyage à l’étranger de plus de 48h. Le Premier ministre n’a pas encore validé officiellement cette position.

Oui, mais…

    • Pourquoi devrions-nous être placés en quarantaine alors que nous avons fait un test au retour qui s’avère être négatif ? Et pourquoi n’existe-t-il pas encore en Belgique des tests antigéniques (rapides) pour que les voyageurs puissent être testés rapidement et efficacement avant le départ et au retour de l’étranger ; ces tests étant pourtant disponibles en pharmacie chez nos pays voisins.
    • Se référer aux résultats de la première vague pour justifier la mise en place de nouvelles mesures drastiques, comme certains ont tendance à le faire, n’a pas de sens. Nous avons aujourd’hui du recul et avons acquis une certaine expérience qui nous permet d’éviter les erreurs commises lors de cette première vague et d’adopter des mesures vérifiées pour prévenir au maximum les contaminations.
    • Cette annonce fait référence à une carte du monde affichée sur le site des Affaires étrangères belges « à titre indicatif » sur base des informations reçues du Celeval et du SPF Santé publique. Sur cette carte, la Belgique est rouge. L’Europe est rouge. Le Monde est rouge. Cela signifie que PARTOUT dans le monde, le taux de contagion est égal ou supérieur à celui de la Belgique. Cela n’est pas vrai. Et le Celeval n’existe plus.
    • La Commission Européenne a indiqué, dans son dernier rapport du 2 décembre 2020, « « Dans la plupart des pays, une fois que le virus a été introduit dans la communauté, les cas importés ne contribueront probablement que peu à la propagation du SRAS-CoV-2. Les voyageurs aériens doivent être considérés comme une sous-population essentiellement non symptomatique avec une faible probabilité d’être infectés par le COVID-19, comparable à la population générale du pays d’origine. (…). Source : https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/Guidelines_for_COVID-19_testing_and_quarantine_of_air_travellers-12-2020.pdf. De plus, pour prendre l’avion de la Belgique, il faut être muni d’un test négatif faute de quoi le voyageur n’est pas autorisé à entrer dans l’aéroport.
    • Nombre de Belges désirent se rendre dans leurs secondes résidences, avec leur bulle. D’autres voyageront dans des pays dans lesquels le test est obligatoire avant de reprendre l’avion de retour. D’autres enfin ont expressément loué des lieux de villégiatures loin des foules, avec un risque de contagion minimale en comparaison à d’autres qui se pressent dans les rues commerçantes belges ou dans les villes frontalières.

Ces dernières semaines, nous avions constaté un premier signe de reprise des réservations de voyages. Les chiffres restaient très faibles, mais il y avait de l’espoir. Depuis l’annonce d’une quarantaine, tout s’est à nouveau arrêté.

Sur base de ces informations concrètes, les associations professionnelles des agences de voyages et tour-opérateurs belges demandent dès aujourd’hui que les mesures suivantes soient adoptées/validées :

    • La levée expresse de la quarantaine étant donné que les codes couleurs sur la carte du monde ne reflètent pas la réalité de la situation
    • La substitution de cette quarantaine par un maintien de la procédure existante du formulaire PLF et l’introduction de tests antigéniques.
    • Une révision hebdomadaire de la carte du monde en adéquation avec la réalité et une quarantaine rendue obligatoire envers un pays dont le taux de contagion est égal ou supérieur à celui de la Belgique.
    • Un contrôle réel et non seulement un effet d’annonce, des PLF basés sur le questionnaire d’auto-évaluation joint au PLF. À ce jour, seuls 109 contrôles ont été réalisés sur un total de 109.000 passagers aériens. Il s’agit  pourtant du document  qui lie au mieux les citoyens à adopter un comportement responsable, partout dans le monde et tout le temps.
    • Une communication claire envers les consommateurs des règles en vigueur en cette veille de vacances, tant en Belgique qu’à l’étranger : « votre comportement est plus important que le lieu ou vous vous trouvez ». C’est vital pour limiter la propagation du virus en période de fêtes et des rassemblements familiaux.
    • Une communication rapide quant à la validation belge de l’accès aux tests antigéniques disponibles déjà dans nos pays voisins auprès des laboratoires et pharmacies. La Commission européenne insiste dans ce même rapport sur l’approbation expresse de ces tests par tous les pays membres. Nous souhaitons vivement que la Belgique montre l’exemple. Ces tests doivent être utilisés le temps que le vaccin soit distribué en masse pour tout voyageur, qu’il s’agisse d’un voyage essentiel et non essentiel.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY