Voler moins cher, une obsession

Les récentes révélations sur les pratiques douteuses de certains sites de réservation de billets d’avion en ligne semblent donner de nouvelles idées aux comparateurs de vols. Ainsi, est-il possible de trouver des billets d’avion moins chers en réservant sur un site d’un autre pays ?

C’est pour répondre à cette question que Kayak a lancé un nouveau site : Kayak.eu. Créé à l’origine pour les employés du comparateur en ligne, il est désormais accessible au grand public. Il compare en fait les offres de vols disponibles sur ses différents sites de Kayak en France, Espagne, Allemagne, Irlande et Italie.

Quel intérêt ?

Pour accéder à ces offres, les internautes devront se connecter via leur compte Kayak ou en créer un. Mais franchement, on ne voit pas vraiment l’intérêt d’une telle idée. D’abord, parce que la transposition des textes européens, qui imposent notamment le « tout compris », peut varier d’un pays à l’autre. Ensuite, parce qu’il faudra maîtriser à la fois l’allemand, l’italien et l’espagnol pour en profiter pleinement. Et on sait que ce n’est pas la grande force des voyageurs français, par exemple…

Enfin, parce qu’on ne voit pas ce qu’apporte au candidat voyageur auvergnat le fait de savoir qu’il paierait son billet pour Londres un euro moins cher s’il achetait son billet à la succursale allemande d’Opodo ?

Mais quid des autres aéroports ?

Ce qui serait intéressant, en revanche, c’est qu’un comparateur de vols compare aussi les départs… d’autres aéroports. Car en partant de Lyon, à deux heures de voiture, notre bougnat paierait son vol 200 € moins cher, et sans escale s’il vous plaît !

Nous avons pris là un exemple tout à fait au hasard. Mais il y a des régions d’Europe où les aéroports sont si proches les uns des autres, au point, suggérait un humoriste, qu’il suffirait pour les joindre d’allonger les pistes de « taxi » et réaliser ainsi de belles économies de carburant !

On ne pense pas qu’à la Belgique, où des compagnies — low cost surtout — décollent indifféremment de Bruxelles ou de Charleroi, voire de Liège ou d’Anvers, pour de mêmes destinations. Mais alors que les bons comparateurs, comme Skyscanner ou Kayak, précisément, suggèrent d’autres aéroports de départ, ceux-ci sont toujours situés dans le pays.

Un phénomène connu

Or il peut être tout à fait intéressant de s’appuyer une ou deux heures de voiture — voire d’avion ! — pour aller chercher un départ d’une ville étrangère. On connaît très bien le phénomène en Belgique, où l’aéroport de Charleroi attire nombre de voyageurs hollandais, mais où les aéroports de Lille et de Luxembourg séduisent de plus en plus les frontaliers.

Il est aussi très fréquent pour le voyageur belge qui privilégie les vols directs de commencer son voyage au départ de Paris ou d’Amsterdam. Parce que la compagnie de son choix est off line à Bruxelles, comme Singapore Airlines, par exemple, où parce qu’une compagnie propose un vol comparable, mais moins cher. C’est même souvent le cas pour KLM.

Alors, à quand un comparateur de vols qui prenne en compte les aéroports voisins dans la recherche du meilleur prix ? Sachant que se rendre par ses propres moyens à l’un ou l’autre point de départ comporte aussi un coût. Que le client doit bien sûr intégrer. Mais qui peut s’avérer intéressant pour les voyages en famille.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY