Virus et croisières: dégâts collatéraux

Si tous les croisiéristes sont en principe aujourd’hui rentrés à bon port, il y aurait encore, selon les garde-côtes américains, 104 bateaux de croisière large des Etats-Unis, avec à leur bord près de 72 000 membres d’équipage, les autorités refusant de les laisser débarquer pour cause de coronavirus. Pour ces dizaines de milliers de marins, ça commence à bien faire.

« Nous avons le sentiment d’être tous pris en otage », a confié l’un d’eux au Miami Herald. Quatorze membres d’équipage du Navigator of the Seas, ancré dans le port de Miami, ont de leur côté entamé une grève de la faim afin de pouvoir retourner sur la terre ferme.

Au moins trois suicides

Pire : plusieurs navires auraient déjà enregistré des suicides. Ainsi, une Ukrainienne de 39 ans s’est jetée par-dessus bord du Regal Princess, au large du port de Rotterdam, a confirmé à l’AFP la compagnie Princess Cruises, propriété du géant des croisières Carnival.

Deux autres membres d’équipage de bateaux de croisière sont morts ces derniers jours : un homme s’est apparemment suicidé samedi à bord du Carnival Breeze (photo), qui naviguait entre les Bahamas et l’Europe, où son équipage devait débarquer et un marin d’un autre bateau, le Jewel of the Seas, est mort le 2 mai après être passé par-dessus bord.

[Source : Le Midi libre]

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY