VIA ELEKTRA WALLONIE

La Cathédrale de Tournai

Aux marches des mondes latins et germains, la Wallonie est une terre lourdement chargée par l’histoire. Il faut parcourir l’axe entre Maastricht, Visé, Liège, Namur, Mons et Tournai pour retrouver les traces d’un territoire mainte fois remanié, découpé, séparé, mais ressoudé par sa culture francophone.

Via Elektra ©

Nous vous proposons un carnet de route conçu pour les voitures électriques. L’idée de base est de vous permettre de relier des étapes disposant de Relais VIA ELEKTRA©. Ce sont des hôtels qui offrent gracieusement à leurs clients en demi-pension la recharge de leur véhicule. Ce principe d’appel commercial vous permet de réaliser des circuits de plusieurs centaines de kilomètres sans frais énergétiques. 300 km maximum séparent chaque « relais ».

Ces carnets de route sont réalisables avec des voitures du type «grande routière» ou «Grand tourisme». Que vous soyez propriétaire ou locataire d’une voiture électrique, vous pouvez apprécier la richesse foisonnante du vieux continent en suivant les parcours thématiques des VIA ELEKTRA ©

Pour la Wallonie nous avons choisi pour fil rouge les trésors de l’orfèvrerie médiévale des 12e et 13e siècles, période faste des débuts de la métallurgie en Wallonie. Pour vous convaincre de la valeur de ces trésors, il vous suffit de savoir que la Morgan Library de New York possède le triptyque Stavelot qu’elle considère comme étant l’une des pièces majeures de ses collections. https://www.themorgan.org/objects/item/93248.

En République tchèque, la châsse de Saint Maure est installée au château de Becov na Teplou. Cette châsse-reliquaire est la seconde attraction touristique de Bohème après la couronne de Saint-Guy à Prague. Ce véritable trésor a été fabriqué vers 1220 pour l’abbaye de Florennes en Wallonie. https://www.zamek-becov.cz/cs/informace-pro-navstevniky/prohlidkove-okruhy/1581-relikviar-sv-maura

Stavelot

Classée parmi les biens exceptionnels de Wallonie par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la châsse dite de Saint-Remacle est parmi les plus grandes de son temps. Achevée entre 1263 et 1268, cette châsse — reliquaire témoigne de la maîtrise des techniques des orfèvres mosans de cette époque. Provenant de l’ancienne abbaye, la châsse a été installée dans un coffrage de verre de haute sécurité au milieu du chœur de l’église Saint-Sébastien de Stavelot.

Châsse-reliquaire de Saint Remacle

Aux deux extrémités se trouvent d’un côté le Christ, de l’autre, sa mère Marie. Sur les flancs latéraux, dans des niches, les 12 apôtres avec, en plus saint Remacle et saint Lambert. La châsse est longue de 2,07 mètres, large de 0,60 mètre, et haute de 0,94 mètre.

>>Direction Maastricht via Verviers

Maastricht

Saint-Servais, ou Servatius, né en 300 et mort à Tongres en 384, est alors l’évêque du diocèse de Tongres. Depuis lors, on a eu le temps de réécrire son histoire qui ferait de lui un cousin du Christ, né à Penestria en Arménie. Il aurait été ordonné prêtre à Jérusalem avant de rejoindre Tongres, alors importante cité gallo-romaine. Le trésor est installé à la Schatkamer Basiliek van Sint Servaas Keizer Karelplein.

Cette châsse-reliquaire aurait été montée entre 1160 et 1170. Longue de 175 cm et haute de 74, elle présente sur sa face principale le Christ en majesté entre l’Alpha et l’Oméga. De chaque côté de son trône, coule le fleuve de la vie bordée d’arbres. Au sommet du pignon trône une tête de femme en améthyste sculptée à l’antique, probablement de l’époque hellénistique.

La Châsse reliquaire de Saint Servais à Maastricht

Schatkamer Basiliek van Sint Servaas Keizer Karelplein.- Maastricht — reserveringen@vvvmaastricht.nl www.sintservaas.n

Votre Relais VIA ELEKTRA ©

Hotel Beaumont (sur la rive droite du fleuve)

10 Lage Barakken – Maastricht. Réservation : +31 43 325 4433

La vallée de la Meuse

L’accès aisé au combustible (charbon et bois) explique la concentration et le développement des arts métallurgiques en Wallonie. Des charrois de minerais venant de toutes les régions d’Europe convergeaient vers la vallée de la Meuse. Fer, étain, cuivre, argent, or… tous les métaux étaient traités jusqu’à leur donner une valeur ajoutée exceptionnelle.

Visé

Bien cachée au-dessus de l’autoroute, la petite cité mosane est bien trop timide en regard du trésor qu’elle abrite. En face de l’unique accès au centre se profile l’église de Saint-Martin qui abrite la châsse-reliquaire de Saint Hadelin, la plus ancienne de Belgique ! Trésor unique de la ville, elle trône désormais en bonne place au milieu de la nef sous un épais coffrage de verre blindé.

Fondateur de l’abbaye de Stavelot en 662, Hadelin décède en 692. Carloman, fils aîné de Charles Martel, mentionne pour la première fois son nom en 747 dans un testament par lequel il donne son fief à l’abbaye de Stavelot. La chronique raconte que le 11 octobre 1338, le corps du saint était alors entier et en parfait état, à l’exception d’un bras transporté à l’abbaye de Stavelot. Le 26 octobre 1413, Saint-Hadelin perd la tête. Elle lui est retirée pour être enchâssée dans un buste-reliquaire particulier. Il est vrai qu’un homme à Visé en vaut deux…

Vers Liège

Votre Relais VIA ELEKTRA ©

Congres Hotel Liège (avec bornes Tesla et autres)

2 Esplanade de l’Europe 4020 Liège (rive droite — l’hôtel jouxte le Palais des Congrès) Réservation : +32 4 244 12 00

Liège

Chronologiquement, le premier chef-d’œuvre le plus représentatif de l’art mosan est la cuve des célèbres Fonts baptismaux de Notre-Dame, conservée aujourd’hui à l’église Saint-Barthélemy de Liège (1107-1118). Aussi révolutionnaire que bigote, cette ville ne fait rien dans la demi-mesure, c’est un trait constant dans son histoire. Elle construit des églises à chaque coin de rue pour être ensuite l’une des très rares villes à avoir volontairement rasé sa cathédrale en 1794.

Le musée de la Vie wallonne conserve sa guillotine. On ne sait jamais ! la Révolution suscitant bien des légendes de trésors cachés dans la région liégeoise. Il en reste quelques fragments réunis en la Cathédrale Saint-Paul, rares témoignages de l’une des capitales intellectuelles de l’Occident médiéval. Le musée est, depuis peu, au centre d’un rassemblement des patrimoines des six églises millénaires de Liège.

>> Huy en suivant la vallée de la Meuse

Amay

La collégiale de Sainte-Ode à Amay protège le seul sarcophage en pierre à figure humaine de l’Europe mérovingienne. Une œuvre unique parvenue jusqu’à nous en excellent état ! La collégiale d’Amay brille au centre de la petite ville.

Restauré entre mai 1998 et mai 2001, ce joyau du patrimoine wallon est une étape majeure sur cet itinéraire thématique. Cette collégiale dissimulait depuis des siècles l’existence de ce trésor retrouvé lors d’une campagne de fouilles en 1977. À une profondeur de trois mètres sous le chœur se trouvait le sarcophage de la légendaire Sainte-Ode.

Sainte Ode à Amay

À l’ouverture, ce sarcophage était pratiquement vide, les reliques de la sainte ayant été transférées dans la châsse-reliquaire médiévale. Celle-ci recèle les restes de Saint-Georges et de Sainte-Ode, mais aussi quelques fragments d’autres personnages illustres. Sur les pignons, on retrouve la représentation de Saint-Georges et de Sainte-Ode.

La toiture est ornée de six bas-reliefs d’argent qui racontent la vie des deux saints. Sur les côtés, les douze apôtres sont alignés. Musée Communal d’Archéologie et d’Art religieux : Place Sainte Ode, 2 c — B-4540 Amay www.amayarcheomusee.be

Huy

Bien serrée au pied de sa citadelle, la petite ville de Huy est vraiment agréable et pleine de charme. En lisant les détails des gravures anciennes illustrant la cité, on se prend à rêver de ce château qui occupait le promontoire jusqu’en 1676.

Huy serait alors une étape de premier ordre en Wallonie. Malgré le désastre des plans d’urbanisme des années 60, il reste encore de belles petites rues médiévales qui mènent toutes de la Grand-Place vers la Collégiale. Avant d’y entrer, il faut voir ou entrevoir le Portail du Bethléem, l’une des merveilles de la ville.

Huy, détail du trésor de la collégiale

Pour visiter la crypte aux trésors, il vous faut entrer dans la collégiale et demander à visiter le trésor de la crypte: les châsses-reliquaires de Saint-Domitien et de Saint-Mengold ainsi que celle de la Vierge et le plus modeste et bien plus sobre, le reliquaire de Saint-Marc. D’autres pièces également exceptionnelles sont à découvrir, tel le médaillon émaillé champlevé et cloisonné * de l’Arbre de Vie, chef-d’œuvre de l’art mosan créé vers 1160.

Détail de la châsse de st Mengold dans le trésor de la collégiale de Huy

Namur

Le Trésor du prieuré d’Oignies est situé au centre de Namur, rue de Fer. Vous allez trouver le très prestigieux trésor des œuvres du maître Hugo d’Oignies. Ce trésor est né dans le petit hameau d’Oignies sur les rives de la Sambre, dans le Hainaut. Nous sommes à la fin du 12e siècle. L’atelier de l’orfèvre est installé dans un bâtiment jouxtant une ancienne chapelle dédiée à Saint-Nicolas. Hôtel de Gaiffier d’Hestroy. Rue de Fer, 24 — B-5000 Namur musee.arts.anciens@province.namur.be

Musée des Arts anciens de Namur © Hughes Dubois

Votre Relais Via Elektra sera le BEST WESTERN PLUS Hotel & Aparthotel Casteau Resort

38 Chaussée de Bruxelles — 7061 Casteau. Réservation : +32. 65 32 04 00

Pairi Daiza

Le parc animalier est aménagé sur le site d’une abbaye l’abbaye de Cambron (son nom d’origine étant Abbaye Notre-Dame de Cambron) était un monastère de moines cisterciens fondé en 1148 à Cambron-Casteau, en Belgique, dans le Hainaut. Elle est la fille de l’abbaye de Clairvaux,

Mons

Le trésor de Sainte-Waudru L’histoire est passée par là et laisse un inventaire désolant : pillages, vols et destruction ont marqué le cœur historique de Mons. C’est probablement dans ces drames que la ville a puisé l’énergie de son folklore très vivant, donnant à son patrimoine un dynamisme étonnant. On ne possède que peu de traces de ce qui aurait été le reliquaire médiéval de Sainte Waudru (612-688).

Une mention spéciale pour le restaurant. L’établissement offre la recharge gratuite de votre véhicule sur base d’une réservation. 23, rue du Général Leman à Dour. Réservation : +32 65 66 68 12 — info@latabledauguste.be

Tournai

Défigurée par les bombardements de 1940, la ville est reconstruite à l’identique, mais la patine du temps a disparu. Seule, par miracle, la cathédrale a été épargnée par ce déluge de feu. Ce sera le dernier épisode d’une longue histoire mouvementée.

Aujourd’hui, la ville gravite autour de sa cathédrale, vaisseau amiral de la Wallonie Picarde. Au XIIe siècle, une nouvelle cathédrale de style roman est achevée. C’est la cinquième construite sur les fondations de sanctuaires des Ve et IXe siècles. Vu d’avion, on a l’impression que deux cathédrales se font face frontalement.

La Cathédrale de Tournai

La vocation de Tournai au titre de capitale s’inscrit également dans les dimensions de sa cathédrale : ses tours, hautes de 87 mètres, sont supérieures à celles de la cathédrale Notre-Dame de Paris qui ne font que 69 mètres. Pareillement, sa longueur est de 134 mètres, en regard des 120 mètres pour sa collègue parisienne.

Mais le destin en aura décidé autrement ! Imaginez donc Tournai capitale de la France… Mouscron serait le quartier de la Défense, Lille, Roubaix, Tourcoing, des banlieues bourgeoises. L’Arc de Triomphe serait à Froyenne, le Mont Saint-Aubert serait Montmartre et les avions atterriraient à Renaix–Charles-de-Gaulle !

Votre relais Via Elektra © sur la région sera le Best Western Plus Hotel Alize Mouscron. 34, Passage Saint-Pierre à Mouscron — Réservation : +32 56 56 15 61

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY