Vers une crise des visas entre l’UE, le Canada et les USA ?

L’IATA exhorte les gouvernements du Canada, des États-Unis et de l’Union européenne à résoudre une possible crise du programme d’exemption de visa entre leurs territoires. Aujourd’hui, la plupart des citoyens de l’UE peuvent accéder au Canada et aux États-Unis sans avoir à demander un visa et il en va de même pour les citoyens américains et canadiens souhaitant les États membres de l’UE.

Il y a toutefois des exceptions à ce principe, souligne l’IATA. Ainsi, un visa est requis pour les résidents de la Bulgarie et la Roumanie souhaitant visiter le Canada. De leur côté, les États-Unis exigent un visa pour les ressortissants de la Bulgarie, la Roumanie, la Croatie, Chypre et la Pologne.

« Personne ne veut risquer les conséquences
économiques qui seraient liées à l’introduction
de nouvelles exigences pour
les voyageurs en provenance du Canada
et des États-Unis vers l’Europe.
»
– Rafael Schvartzman (IATA Europe)


CLAUSE DE RÉCIPROCITÉ

Or, en janvier 2014, une clause de réciprocité a été incluse dans la législation de l’espace Schengen. En vertu de cette clause, l’accès sans visa aux pays de l’UE (à l’exception du Royaume-Uni et la République d’Irlande) ne peut être accordé aux citoyens d’un pays tiers que si ce pays offre un accès sans visa réciproque.

Le Parlement européen et le Conseil européen ont jusqu’au 12 juillet 2016 pour recommander à la Commission européenne si les dispositions de l’amendement de la réciprocité de 2014 devraient s’appliquer aux citoyens canadiens et américains.

Selon la Commission européenne du tourisme, plus de 30 millions de touristes canadiens et américains visitent l’Europe chaque année, y dépensant plus de 54 G$.

« Personne ne veut risquer les conséquences économiques qui seraient liées à l’introduction de nouvelles exigences pour les voyageurs en provenance du Canada et des États-Unis vers l’Europe, affirme Rafael Schvartzman, VP régional de l’IATA, Europe, en invitant les institutions européennes à convenir d’« une approche proportionnée, en coopération avec leurs homologues américains et canadiens ».

Sans titre

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY