Plusieurs médias ont annoncé que les grands paquebots ne longeront plus la place Saint Marc via le canal de la Giudecca. Ils entreront désormais dans la lagune plus au sud, par la voie actuellement empruntée par les porte-conteneurs et les tankers pétroliers. Pourtant certains amoureux de Venise crient au mensonge !!

Quand les médias veulent rassurer

La municipalité de Venise a tenu un discours rassurant sur le devenir de Venise et surtout sur l’arrivée des grands paquebots. Tout le monde s’est félicité de cette décision. Ces énormes bateaux iront accoster à Marghera, une zone industrielle en face de Venise où un terminal « passagers » sera installé. Mais on a oublié le principal !

Est-ce un gros mensonge ?

Philippe Gallard, un ami journaliste chevronné (l’Express) et amoureux de Venise comme son épouse a voulu rétablir la vérité en apportant quelques précisions sur cette décision.

Selon Philippe, cette information est entièrement fausse et peut correspondre à une intox en matière de communication.

Il fallait bien lire ce que le comité décideur avait décidé « 1/ D’ici 3 ans au moins, rien ne va changer. Les monstres passeront encore quotidiennement dans le « bacino » de San Marco, comme nous l’avons encore vu ces derniers jours.

2/ Au-delà de 3 ans et ad aeternam, les petits et moyens paquebots continueront à passer comme aujourd’hui.

3/ Les »moyens gros » (jusque près de 100.000 tonnes quand même) continueront toujours à venir s’amarrer à la « stazione maritima » actuelle, grâce au creusement (bonjour la santé de la lagune) d’un canal entre celui des pétroliers et la vieille ville, qui sera toujours écrasée par la silhouette de ces géants.

4/ Mise en avant, l’obligation aux très gros paquebots d’aller s’ancrer à Marghera d’ici trois ans ou plus, permet de faire digérer l’entrée dans la lagune des super paquebots qui sortent désormais des chantiers, qu’ils n’ont quand même pas osé autoriser au milieu de la vieille ville. Bien joué les lobbies portuaires et maritimes !

Le lobby des croisières reste puissant

Selon l’Association internationale des compagnies de croisière (Clia), « Venise a perdu près d’un demi-million de passagers, passés de 1,8
million en 2013 à 1,4 million en 2017 ».

Selon les grandes compagnies de croisière, les navires arrivant à Venise apporteraient chaque année à la ville une manne de 283 millions d’euros.
Pendant ce temps, Venise, au désespoir de ses habitants, reste envahi par les hordes de touristes. Et tous n’arrivent pas par la mer…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY