Valencia est la première ville au monde à mesurer l’empreinte écologique du tourisme

Valencia se positionne comme la troisième métropole d’Espagne et constitue une destination très prisée des touristes belges. Alors que les voyageurs apprécient la ville vibrante et ses environs, ils laissent cependant une empreinte écologique. Valencia est la toute première ville au monde à mesurer et à surveiller cette empreinte. La ville a pour objectif d’être totalement neutre sur le plan climatique d’ici 2025 et de devenir ainsi la plus importante destination touristique ayant un impact zéro sur l’environnement.

Le développement durable
Selon les données recueillies, les touristes provoquent des émissions de CO2 de 1,3 million de tonnes par an, tandis que 81 % de ces émissions proviennent des transports vers la ville. À partir de ces observations, Valencia a élaboré un certain nombre de mesures visant à réduire les émissions de CO2 du tourisme dans un premier temps et à les compenser ultérieurement. Par exemple, la ville produira elle-même une partie de l’énergie nécessaire grâce à des sources d’énergie renouvelables.

Puis, Valencia envisage de rendre les transports publics entièrement électriques et prévoit encore plus de verdoyance dans le parc Turia et les zones de La Huerta et de l’Albufera afin d’absorber les émissions de CO2. Aussi, de nouvelles zones piétonnes et pistes cyclables permettent aux touristes de découvrir la ville encore plus agréablement à pied ou à vélo.

Découvrez Valencia de manière durable
Grâce à pas moins de 160 kilomètres de pistes cyclables, Valencia permet aux touristes d’explorer tous les coins de la ville dans le respect de l’environnement. La ville se prête parfaitement au cyclisme et offre plusieurs parcours cyclistes agréables, comme celui du parc Turia, long d’un kilomètre, qui traverse la ville.

D’ailleurs, les environs de Valencia, comme le parc naturel de l’Albufera et les plages de la ville, sont aisément accessibles à vélo. Pour ceux qui cherchent à se rafraîchir, la ville offre un nombre de fontaines réfrigérées où des bouteilles réutilisables peuvent être remplies gratuitement avec de l’eau filtrée. De cette façon, les voyageurs soucieux de l’environnement peuvent limiter l’utilisation de plastique pendant leurs vacances.

Deux millions de km² d’espaces verts 
Valencia est une ville verdoyante par excellence. Le parc Turia, qui traverse la ville d’est en ouest, compte parmi les plus grands parcs naturels des villes d’Espagne. C’est un magnifique espace naturel dans la ville, entourant le centre historique et offrant un air pur. Autour de la ville, la zone agricole de La Huerta est un endroit parfait pour l’agritourisme.

Des produits de saison de toutes sortes sont cultivés dans les vastes campagnes et utilisés dans la cuisine écologique des restaurants de la ville et des environs, dont certains ont reçu une étoile Michelin. Les passionnés de nature passeront un excellent moment à Albufera, une réserve naturelle de 21 000 hectares située à 10 kilomètres de la ville. C’est une oasis de verdure avec une grande diversité de faune et de flore, dotée du plus grand lac d’eau douce d’Espagne.

Sept plages Pavillon Bleu
En 2020, la région autonome de Valencia a reçu 134 Pavillons bleus, le label qui récompense les plages propres et sûres. Sept de ces plages Pavillon Bleu sont situées à Valencia, représentant 17 kilomètres de plages fines et dorées, souvent au milieu de dunes protégées. Le village côtier d’El Saler offre un bel exemple de la façon dont le plastique peut recevoir une seconde vie, car la passerelle construite dans le Parador contient 60 kilos de plastique collectés sur la plage par des bénévoles.

Produits écologiques
À Valencia, on encourage l’utilisation de produits et de services locaux dont les émissions dues aux transports sont les plus faibles possibles. Par exemple, le parc naturel de l’Albufera offre actuellement un aspect unique avec des ballots de paille dispersés dans le paysage des rizières.

La paille n’est plus traitée comme un déchet, mais collectée et distribuée gratuitement au bétail et à l’agriculture, ce qui constitue un bel exemple d’économie circulaire avec des ressources locales. On estime que 355 tonnes d’émissions de CO2 sont ainsi évitées. Les produits locaux portent un label afin qu’ils puissent être facilement reconnus par les touristes également. Ceux-ci peuvent ainsi acheter consciemment des produits locaux sains et durables.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY