Depuis le jeudi 26 octobre, tous les vols à destination des Etats-Unis ont renforcé les mesures de contrôle avant l’embarquement. Les premiers passagers qui ont subi cet interrogatoire lors de l’enregistrement jugent que c’est une simple « formalité » et que les questions sont « ridicules ».

« On vous demande votre nationalité, votre adresse, votre nom, votre prénom, si vous venez d’un pays blacklisté, comme l’Irak, par exemple », a expliqué à l’AFP un passager à l’aéroport d’Orly. « Quand je vois la vitesse à laquelle ça a été validé, je pense que c’est juste une formalité », précise un autre voyageur, très réservé quant à l’efficacité de ce nouveau questionnaire.

Depuis jeudi dernier, la plupart des compagnies ont modifié les modalités d’enregistrement. Norwegian a indiqué qu’elle préviendrait ses passagers par SMS et que les comptoirs d’enregistrement seraient ouverts quatre heures avant le départ du vol. De son côté, Cathay Pacific annonce la fin des enregistrements en ville. Selon une source aéroportuaire, les passagers sont convoqués tellement en avance qu’il n’y a pas de raison que les procédures soient engorgées.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY