United Airlines part en guerre au Moyen-Orient

Comme pour la politique française, les acteurs clarifient leurs positions. En France, les politiques qui étaient proches du Front National se rapprochent de ce parti extrémiste. Les progressistes Démocrates se rapprochent d’Emmanuel Macron. C’est logique. Dans l’aérien, on assiste également à une clarification.

United Airlines ne maintient plus ses accords avec …

United dénonce ses accords avec plusieurs compagnies aériennes du Moyen-Orient dont Emirates, Qatar Airways, Fly Dubai, Royal Jordanian Airlines, Saudi Arabian Airlines.

Les clients ne pourront plus acheter des billets avec un segment sur United, et un autre sur l’un des transporteurs du Moyen-Orient. Il n’est pas certain que cela touchera beaucoup de passagers.

Emirates-Boeing-777-300-ER-1Le patron de la compagnie United Airlines est cohérent avec ses propos

Comme American Airlines et Delta, United poursuit sa campagne contre la concurrence jugée déloyale par les compagnies du Golfe.

Ces compagnies estiment que l’appui des états envers certaines compagnies du Golfe faussait les règles de la concurrence. Pourtant les compagnies aériennes américaines n’ont jamais gagné autant d’argent et elles ont bénéficié largement dans le passé d’une réglementation sur les faillites.

Une décision qui touchera peu de voyageurs

United Airlines prend une décision qui n’aura que peu d’effet car le nombre de voyageurs prenant un vol United et immédiatement un vol United n’était pas significatif. Pour ceux qui profitaient de ces accords, ils devront avoir deux billets et seront obligés de récupérer leurs bagages lors du transit.

Une décision commerciale ou politique ?

Sur le plan commercial, il faut reconnaitre qu’Emirates ou Qatar ont profité de l’incident du passager trainé de force hors d’un avion pour mettre en avant leur service. Il est clair que le service apporté par les compagnies américaines et celui des compagnies du Golfe n’est pas comparable.

Sur le plan politique, United accompagne curieusement la politique du président Trump qui non seulement veut interdire l’entrée aux USA de personnes de plusieurs pays musulmans. On peut ajouter la surprenante politique sécuritaire qui empêche les passagers de prendre en cabine leurs ordinateurs et tablettes.

Delta-Airline-HikeUnited n’est pas la première compagnie aérienne à vouloir sévir

En 2015, Delta a annulé ses accords avec Emirates. Cela n’a pas empêché la compagnie aérienne de Dubaï de poursuivre son expansion. Elle a réduit certaines fréquences vers les Etats-Unis compte tenu des nouvelles règles imposées par la nouvelle administration américaine.

Si la décision de la compagnie United Airlines a le mérite de la transparence, on peut se poser des questions sur l’intérêt des Etats-Unis. Les compagnies aériennes américaines qui se plaignent de la concurrence des compagnies du Golfe gagnent beaucoup d’argent.

Par ailleurs, le constructeur Boeing gagne également beaucoup en vendant ses avions aux compagnies aujourd’hui incriminées. Les Etats-Unis ont sûrement plus à perdre que les compagnies du Golfe.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY