Une hôtesse succombe suite à une infection à bord d’un avion…

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous avez plus de risques d’attraper une infection à bord d’un avion que mourir dans une catastrophe aérienne. Pourtant, récemment, une hôtesse d’El AL, a succombé à une infection. « Avec plus de 3 milliards de passagers aériens par an, la transmission en vol de maladies infectieuses est un problème de santé mondial important »

La cabine d’un avion contient de nombreux germes

Sur des long-courriers, de plus en plus de passagers utilisent des lingettes pour nettoyer leur tablette ou la commande de la télévision. Ils ont bien raison car les études sont nombreuses sur la propreté des avions commerciaux. Si vous faites attention lorsque vous allez aux toilettes, ce n’est pas l’endroit qui comporte le plus de risques.

Par exemple, vous ne pourrez pas éviter de toucher la boucle de la ceinture. Celle-ci est rarement nettoyée. La tablette qui est face à votre siège est sûrement un des endroits où les microbiologistes ont trouvé le plus de germes. Un autre endroit a été pointé du doigt, c’est l’appuie-tête des sièges donnant sur le couloir.

Pensez au nombre de personnes qui marchent dans l’allée et placent leurs mains sur chaque siège pour se maintenir en équilibre. Lors des mesures effectuées, la présence de la bactérie E. coli peut causer des infections intestinales, accompagnées de symptômes de diarrhée, vomissements et douleurs abdominales.

Et l’air pulsé dans la cabine ?

Les filtres à air de la plupart des compagnies aériennes permettent de respirer à bord correctement. On dit même que l’air des immeubles de bureaux et même de certains hôpitaux est plus malsain qu’à bord des avions. Ceci dit, quand un passager tousse et éternue, il est très possible que les germes sont transportés vers plusieurs sièges voisins.

En 2015, un jeune canadien de 17 ans avait trouvé un moyen de mieux répartir l’air pulsé. Raymond Wang a inventé un petit appareil en forme d’ailette qui augmente la circulation d’air frais dans les avions et redirige l’air chargé de pathogènes hors de la circulation.

Il a expliqué cela lors d’une conférence TED : https://www.ted.com/talks/raymond_wang_how_germs_travel_on_planes_and_how_we_can_stop_them?utm_campaign=tedspread&utm_medium=referral&utm_source=tedcomshare – Pour le moment, on ne sait pas si une compagnie aura adopté son système.

Une hôtesse infectée par la rougeole en vol

Une hôtesse de la compagnie aérienne nationale israélienne a malheureusement succombé suite à une infection. Lorsqu’elle est entrée en contact avec un passager infecté lors d’un vol New York-Tel Aviv, elle aurait contracté la rougeole.

Cette maladie est sans danger pour les enfants, mais peut poser de graves complications pour un adulte. Apparemment, elle n’avait reçu qu’un des deux vaccins contre la rougeole. Elle avait 43 ans !

Les équipages sont en train de se faire vacciner

Le Ministère de la santé avait lancé un message « En raison de la propagation continue de la rougeole et de l’exposition des équipages aériens, nous recommandons que tous les travailleurs soient correctement vaccinés ».

Les chiffres publiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent que du 1er janvier au 31 juillet 2019, 364.808 cas ont été enregistrés, contre 129.239 l’an dernier à la même période.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

LEAVE A REPLY