Une histoire de Chalon(s)

Europe; France; Chalon-sur-Saône city; Bourgogne-Franche-Comté; department; Flowerbox and Quai Gambetta; Saône river; Riverbank; petunia

Avez-vous remarqué que la France multiplie les villes ou villages dont le nom est composé autour de « Chalon(s) » ou « Châlons » : Châlons-en-Champagne (Marne), Chalon-sur-Saône, Charnay-lès-Chalon et Farges-lès-Chalon (Saône-et-Loire), Châlons-du-Maine (Mayenne), Château-Chalon (Jura), Le Chalon (Drôme), Chalon (Isère)… De quoi nous induire en erreur quand on n’est pas Français et que l’on ne maîtrise pas la géographie des départements du pays!

Le hasard de la vie nous a permis de découvrir deux de ces bourgades à la fois proches puisque toutes deux relèvent du département de Bourgogne-Franche-Comté au cœur d’une région viticole et à la fois singulières. Découverte de ces terroirs.

Chalon-sur-Saône s’étire comme son nom l’indique au bord de la Saône et attire de plus en plus de navires de croisière qui accostent au port Villiers, à deux pas de l’office du tourisme installé dans un ancien relais de poste, de quoi accueillir les visiteurs et les diriger vers les sites incontournables : la vieille ville médiévale, un dédale de venelles bordées de boutiques dont les vitrines ferment souvent d’anciennes arcades de pierre, ou encore l’incontournable musée dédié à Niépce Nicéphore, l’inventeur méconnu de la photographie.

Parmi les pièces les plus extraordinaires d’une collection unique autour des origines de l’image photographique se trouve la fameuse « chambre de la découverte » des années 1820 avec laquelle Niépce produisit ses premières images héliographiques http://en.museeniepce.com.

Si par contre Château-Chalon n’est qu’un village, il n’en est pas moins un haut-lieu du tourisme perché sur un escarpement jurassien et classé parmi les plus beaux villages de France.

Quelques détours de ruelles et vous êtes sur une petite place paisible dominée par l’église St-Pierre du 12ème siècle dont la toiture est encore recouverte de lauzes ou de laves en patois de Bourgogne-Franche-Comté. Ce qui frappe l’imagination ici, c’est le panorama qui se découvre au-delà des vieux murs, un pays ondulant de vignes à l’infini avec des crêtes hérissées de futaies verts sombres qui saluent un grand ciel bleu.

A l’instar de Chalon-sur-Saône qui vit naître la photographie, le village s’enorgueillit d’être à la source du fameux vin Jaune.

En effet, les anciennes fortifications abritaient une abbaye bénédictine de nobles dames qui auraient acclimaté un cep du tokay que des consœurs hongroises leur auraient apporté dans leurs bagages. Il deviendra l’Or du Jura qui s’obtient au terme d’une maturation de six années et trois mois minimum sans aucune intervention extérieure durant ce laps de temps.

A Chalon-sur-Saône, l’horizon ne s’ouvre que sur le cours de la Saône et les regards sont immanquablement attirés par les hautes tours de la très belle cathédrale St-Vincent qui dominent la ville. Fruit de plusieurs chantiers successifs du 12ème au 16ème siècle, elle surplombe une des places les plus animées de la ville.

Longée de maisons à pans de bois présentant une palette de couleurs entre ocre et rose clair, elle devient selon les jours une immense terrasse pour une pause pittoresque hors du temps ou elle s’anime, tout comme jadis, avec un marché traditionnel de produits frais.

Enfin les deux sites sont au cœur de vignobles fameux. L’AOC Château-Chalon est attribué au seul vin jaune de la commune et de 4 autres limitrophes. Outre le savagnin qui n’est présent que sur le sol jurassique et qui donne le fameux vin Jaune, le vin de Paille est un autre élixir.

Les plus belles grappes sont laissées durant les 3 mois d’hiver sur un lit de paille dans une pièce aérée avant d’être pressées. Le moût vieillit alors dans des fûts pendant trois ans avant de devenir un inimitable vin liquoreux.

Quant à la Côte Chalonnaise, méconnue pour être supplantée par la Côte d’Or, elle n’en est pas moins installée dans le prolongement géologique naturel de la Côte de Beaune et elle produit des vins blancs et rouges réputés, issus pour les premiers du Chardonnay et pour les seconds du Pinot Noir.

Rully, Montagny, Givry, Mercurey, autant de noms qui fleurent bon et qui se laissent découvrir en musardant dans la bucolique vallée des Vaux qui aligne les bourgs viticoles ou plus simplement dans la Maison des Vins de la Côte chalonnaise, située à Chalon-sur-Saône.

Ce caveau de vente et de dégustation est en fait le résultat d’une association de vignerons qui veulent porter plus haut toutes les appellations de la Côte Chalonnaise, la meilleure manière pour le visiteur d’un jour de découvrir les délices de la région www.maisonvinsbourgogne.com.

Infos complémentaires : auprès de www.bourgognefranchecomte.fr ou encore http://fr.franceguide.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

LEAVE A REPLY