Une fraude géante dans le tourisme aux Etats-Unis …

Les progrès technologiques sont pour la plupart utiles. Mais comme toujours, certains s’en servent à des fins criminelles. Nous recevons régulièrement des appels en France ou en Belgique (souvent de centres basés au Maghreb) pour nous vanter une assurance, une mutuelle ou changer de fournisseur Internet. C’est agaçant. Mais une fraude gigantesque vient d’être découverte aux Etats-Unis.

Des offres de vacances à des prix incroyables

Les personnes recevaient un appel enregistré (c’est habituel aux US) venant de sociétés telles que Marriott International, Expedia, Hilton ou TripAdvisor. Si les personnes étaient intéressées par l’offre formidable, elles devaient appuyer sur une touche du téléphone pour se mettre en contact avec un centre d’appels. Il y aurait eu tout de même plus de 100 millions d’appels du « robocall », l’automate d’appels (in french) pendant trois mois !

Les consommateurs étaient redirigés vers un centre d’appels

Le centre d’appels situé au Mexique. Les opérateurs tentaient de vendre des forfaits de vacances, impliquant souvent des multipropriétés. Bien entendu, les entreprises comme Expedia ou Hilton n’étaient pas informées. Il s’agissait de tromper les consommateurs. Une arnaque tout simplement !

gettyimages-491947729-c32cecaacd2b1f6c8689887687f9a00619a37bf1-s900-c85Un organisme fédéral a réussi à démanteler l’opération

C’est la « Federal Communications Commission » (FCC) qui a effectué une enquête.

Il faut dire que les numéros sortants étaient falsifiés de sorte que ces numéros semblaient être locaux pour les destinataires. L’équipe chargée de la fraude chez TripAdvisor aurait aidé la FCC.

Des sociétés basées en Floride, aujourd’hui dissoutes et dirigées par Adrian Abramovich seraient à l’origine de la fraude. La FCC réclame une amende record de 120 millions de dollars (environ 107 M€).

Il existe d’autres types de fraudes téléphoniques

En 2016, en Asie, des personnes mal attentionnées appelaient des particuliers. Elles prétendaient être un agent des douanes, un agent de police et demandaient de fournir leurs données personnelles, y compris le nom, numéro de pièces d’identité, adresse, numéro de passeport et les numéros de compte bancaire.

Pour appuyer leurs demandes, les malfaiteurs indiquaient que le passeport de la personne avait été falsifié ou la carte de crédit utilisée frauduleusement.

La vigilance est de rigueur !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY