Une croisiériste tombe à la mer sans être secourue

C’est assez rare de voir un croisiériste tomber à la mer. C’est arrivé sur le Mariner of the Seas de la compagnie la compagnie Royal Caribbean. Personne ne s’en est rendu compte sur le navire. Elle serait tombée à l’eau le mercredi 10 Août, à environ 21 heures.

Son père a prévenu les autorité de sa disparition

C’est son père qui a prévenu les autorités après qu’elle ait disparu. La surveillance vidéo du navire n’ avait pu rien observer. Selon un témoignage, elle était appuyée sur une rampe d’un des ponts quand elle est tombée. Elle aurait appelé à l’aide, mais il n’y avait personne à cette heure tardive. Le personnel du navire de croisière a effectué une recherche sans succès et a contacté les autorités locales le lendemain de la disparition.

La croisière faisait un trajet entre le Japon et la Chine

Le croisière du bateau de la Royal Caribbean effectuait un trajet de Fukuoka à Shanghai. Le Mariner of the Seas a été lancé en 2003 et désormais navigue principalement en Asie. Il a mariner-of-the-seasune capacité de plus de 3000 passagers. Il a 15 ponts, 10 piscine et 17 bars, clubs… On a des risques de se perdre !

Sauvetage miraculeux de la passagère

Le Quotidien du Peuple (un journal chinois) rapporte qu’il s’agit d’un sauvetage miraculeux. La jeune chinoise de trente-deux ans aura nagé pendant 38 heures. Chaque fois que les grands navires l’ont approché, elle a nagé loin pour éviter d’être aspirée dans leur sillage.

Elle a fini par être épuisée. Elle commençait à somnoler légèrement tout en remuant ses bras pour l’empêcher de couler. Elle a été repérée par un navire de pêche. L’équipage l’a trouvée au large de Zhoushan dans la province du Zhejiang le vendredi vers 11h du matin.

La jeune chinoise avait pratiqué de nombreux sports à l’université

Le jeune chinoise a été transportée à un hôpital local. Elle paraissait en bonne santé, sauf quelques cloques sur ses bras, causées par des piqûres de méduses. La jeune femme a indiqué avoir survécu grâce à plusieurs années passées à pratiquer du sport à l’université.

C’est un sauvetage miraculeux ! Il y a parfois des histoires qui se terminent plutôt bien !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY