Selon notre confrère Mer et Marine, plusieurs projets seraient à l’étude en vue de relancer une compagnie de croisières dédiée à la clientèle française. Car depuis la disparition de Croisières De France, il n’y a plus personne entre les deux « grands » que sont Costa et MSC, à l’exception de Ponant sur le segment du luxe.

Des groupes importants seraient en train d’étudier le marché, sa physionomie et ses perspectives de croissance : TUI, bien sûr, qui tient absolument à développer la croisière parmi ses produits de masse, mais aussi… Pullmantur, la compagnie espagnole propriétaire de feue CDF.

Déjà 50.000 croisiéristes à satisfaire

Le marché est là, semble-t-il, car seul un tiers des 75.000 clients de CDF se sont rabattus sur Costa et MSC. Il resterait donc 50.000 croisiéristes à satisfaire sur les 600.000 clients que compte le marché français, lui-même en expansion « naturelle ».

Mais un nouvel opérateur sera-t-il en mesure de tirer les leçons du passé ? Si tel n’était pas le cas, le résultat risquerait d’être le même. Car ce qui a précipité la chute de Croisières De France, c’est le fait que ses propriétaires espagnols ont progressivement mis la main sur toute la gestion de ses deux navires, l’Horizon et le Zénith. « Nous n’étions pas loin d’avoir le juste produit mais l’erreur majeure c’est d’avoir été piloté par des étrangers et ne de pas avoir les mains libres sur l’exploitation et la gestion du bateau », regrette un ancien cadre de la compagnie.

Laisser les mains libres

Un bon observateur du secteur va plus loin encore : « Il faut mettre aux commandes des gens qui connaissent parfaitement l’industrie en général et le marché français en particulier, et leur laisser les mains libres dans la gestion du bateau. La gastronomie et un personnel francophone sont également importants, ainsi que des départs des ports français avec des itinéraires variés ».

Ce dernier point, MSC l’a bien compris puisque, outre son « hub » de Marseille, la compagnie mise sur Le Havre d’où 22 croisières partiront l’an prochain pour six itinéraires différents vers le Nord.

Par rapport à Costa et MSC, il faut créer un produit différencié à des prix abordables. La formule de Croisières De France reposait sur le tout-inclus, une gastronomie de haut vol mise au point par un chef estampillé Gault & Millau et… la langue française exclusivement. Retrouver ces standards ne sera pas aisé, mais cela semble être la seule condition à laquelle le pavillon français pourrait à nouveau flotter sur des navires de croisières au départ de France.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY