Une affaire « Publifin » à Visit Brussels ? Ridicule !

Notre confrère l’Echo, journal sérieux s’il en est, se fait l’écho (évidemment) de quelques râleries dans le secteur hôtelier bruxellois.

Il se fait que le CEO de Visit Brussels, Patrick Bontinck, est aussi (et depuis longtemps) administrateur d’une petite société de consultance en hôtellerie (qui est son premier métier). Cette société est l’une des deux qui sont aussi actionnaire de l’hôtel Belvue à Molenbeek. Et voilà le CEO accusé de favorisé son propre hôtel via la plate-forme de réservation BBD (Brussels Bed Desk).

Une fortune !

Or on parle ici d’un hôtel de 29 chambres !! sur les 16.000 que compte Bruxelles, on imagine la fortune que doit se faire Patrick Bontinck ! Allons, soyons sérieux. Patrick Bontinck a été choisi pour diriger Visit Brussels précisément parce qu’il était président de BHA (Brussels Hotels Association) à l’époque, et qu’il connaissait donc parfaitement les tenants et aboutissants de l’hôtellerie bruxelloise. Et on lui ferait maintenant un méchant procès sur base des qualités qui ont présidé à sa sélection ? C’est absurde.

Tirer son plan, dit-on en « belge »

Encore plus absurde le fait que le sieur Jousse se plaigne de devoir payer des plans de Bruxelles, alors que les membres de BHA les obtiennent gratuitement… Mais Mr Jousse s’est-il intéressé au financement de ces plans ? Est-ce qu’il y participe ? Si les membres de BHA ont financé ce plan (ce que j’ignore), n’auraient-ils pas droit à le recevoir gratuitement ?

Un lièvre ? Allons donc…

C’est donc un mauvais procès que l’on fait au CEO de Visit Brussels, et sans doute qu’il y a derrière cela des luttes politiques, comme toujours ; des luttes d’influence, des egos à promouvoir… Alors on fait appel à un ami, on tente de soulever un lièvre, mais le lièvre n’est qu’un tout petit lapin de Pâques.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY