Un vol qui pourrait bien tout changer

© Airbus

Sauf pour les spécialistes de l’aviation, le fait est passé plus ou moins inaperçu. Et pourtant, il risque de changer l’aviation de demain. Nous voulons parler d’un vol Toulouse-Seychelles d’une seule traite qui a eu lieu la semaine dernière.

Rien d’extraordinaire,

direz-vous, alors qu’on fait des Londres-Sydney sans escale. Détrompez-vous : il s’agit en fait ici du plus long vol réalisé avec un appareil monocouloir prévu pour le moyen-courrier, et pas par l’un de ces gros bi-couloirs du type B777, B787, A350 ou A380. Et cela change tout !

Neo et LR

© Airbus

Le vol est à mettre à l’actif du premier A321NeoLR. L’A321 est le plus grand de la série très populaire des A320.

Il est Neo parce que propulsé par une nouvelle génération de moteurs CFM Leap, plus gros, plus silencieux et surtout bien plus économes et adaptés aux avions monocouloirs.

Enfin, l’avion est LR pour Long Range : il a parcouru sur ce vol la distance de 8.300 km sans escale, en vol de certification, avec 165 mannequins à bord en plus de l’équipage et de l’équipe d’analystes, et durant 10h40 de vol.

Pourquoi cela risque bien de changer fortement l’aviation civile ?

Parce que cet avion, capable de couvrir de longues distances, sera bien mieux adapté à des destinations moins chargées, qui ne justifient pas l’envoi d’un gros porteur long-courrier. On pense à des vols entre Lisbonne et le Brésil, par exemple, ou entre l’Europe du Nord et la côte Est des États-Unis.

Ou encore vers beaucoup de destinations africaines. Ce n’est pas pour rien que Norwegian vient de commander plus de 40 avions de ce type.

Ils pourront transporter entre 225 et 240 passagers, tout en consommant considérablement moins que les très gros porteurs.

C’est très bien vu de la part d’Airbus.

Boeing tente bien de sortir un B737Max LR, mais il aura de toute façon une capacité moindre : il manque toujours ce fameux MOM, Middle of the Market, qui nécessiterait un tout nouveau projet de la part de Boeing, et donc un investissement considérable. Il paraît qu’il est en bureau d’études… On verra.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY