Un vol de WestJet a-t-il frôlé la catastrophe à Sint Maarten?

Le BST publie son rapport d'enquête

Photo provenant du tabloïd britannique The Mirror.

Un vol de WestJet a-t-il frôlé la catastrophe à Sint Maarten en mars 2017? La question s’était posée, ce mois-là, à la suite de la diffusion sur YouTube d’une vidéo «terrifiante» dans laquelle on voyait un B-737 de la compagnie approchant de l’Aéroport international Princess Juliana (SXM).

Cette vidéo, rappelons-le, avait alors été visionnée plus d’un million de fois sur YouTubesans compter les milliers de visionnements additionnels effectués dans d’autres médias sociaux ou traditionnels. « Il ne manquait que quelques pieds pour que le Boeing s’écrase dans l’eau. Un moment choquant pour tous ceux qui se trouvaient au sunset-bar de la plage Maho », indiquait la présentation sur YouTube. Notons que la vidéo y compte aujourd’hui près de 4 millions de visionnements!

Sur son blogue, WestJet avait vigoureusement nié que son vol 2652 ait frôlé la catastrophe le 7 mars 2017. L’auteur du billet, Scott Wilson, admettait que les pilotes du vol en provenance de Toronto avaient procédé à une remise des gaz, ce jour-là, lors de l’interruption de l’approche à SXM. Du même souffle, il précisait toutefois qu’une approche interrompue avec procédure de remise des gaz, comme celle exécutée à SXM, n’est pas du tout d’un quasi-accident. « Sans être courante, [une telle approche] n’est tout de même pas rare », disait-il.

LE BST CONFIRME LE RISQUE DE COLLISION !

Plus d’un an après l’incident, le Bureau de la Sécurité des Transports du Canada (BST) vient de publier son rapport d’enquête, le 4 juin dernier. Le BST évoque bel et bien «un risque de collision avec le relief»!

Le BST attribue ce risque de collision à des conditions météorologiques inattendues au cours de l’approche finale, la perceptibilité réduite de la piste et la surveillance inadéquate de la trajectoire de vol.

L’appareil, qui transportait 158 passagers et six membres d’équipage, a traversé une forte averse de pluie et a dû interrompre son approche alors qu’il se trouvait à une altitude de 40 pieds au-dessus de la surface de l’eau, explique le BST. Après que la visibilité se soit améliorée, l’équipage de conduite a effectué une seconde approche et a atterri sans incident. Ouf!

L’enquête a établi que le balisage lumineux de piste et le système de guidage visuel étaient insuffisants compte tenu des conditions météorologiques. La perte de visibilité soudaine et inattendue au cours de l’approche finale a augmenté la charge de travail visuelle de l’équipage de conduite, qui a toutefois négligé la surveillance de l’altitude, alors que l’appareil était passé sous l’angle de descente normal vers le seuil de piste.

WESTJET A CRÉÉ UN PLAN DE MESURES CORRECTIVES

Le BST souligne qu’après l’événement, WestJet a créé un plan de mesures correctives comportant des renseignements à l’intention des pilotes sur les menaces et les défis qui peuvent se présenter pour les décollages et les atterrissages à SMX, entre autres mesures.

On peut toujours voir la vidéo de l’incident sur YouTube, à https://www.youtube.com/watch?v=yNhAYKM-7LQ

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY