Un trou de $84,3 milliards selon IATA

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a publié il y a quelques jours ses prévisions financières pour l’année 2020. Les compagnies aériennes devraient enregistrer une perte de $84,3 milliards pour cette année, tandis que la marge du bénéfice net reculera de 20,1%.

En comparaison annuelle, les recettes seront réduites de moitié à $419 milliards. En 2021, la reprise devrait s’amorçer avec une perte qui devrait être réduite à $15,8 milliards et des recettes en progression à $598 milliards.

Alexandre de Juniac, CEO de l’IATA, n’hésite pas à qualifier 2020 de «pire année de l’histoire de l’aviation», ce qui selon lui justifie le soutien des gouvernements «crucial tandis que les compagnies aériennes brûlent l’argent».

Les indices de prévision

Les prévisions se basent notamment sur le constat d’une lente amélioration de la situation, même sir le revenu passager-kilomètre devrait diminuer de 54,7% en comparaison annuelle. Le nombre de passager devrait être réduit de moitié pour atteindre 2,25 milliards, retrouvant le niveau de 2006.

La capacité ne peut cependant pas être ajustée de manière suffisamment rapide avec un recul estimé de 40,4% sur l’année. Les recettes passagers devraient atteindre $241 milliards (2019: $612 milliards), notamment en raison des prix appliqués pour tenter de stimuler la demande et la reprise.

En termes de remplissage, les coefficients devraient avoisiner les 62,7%, soit 20 points de moins que le record de 82,5% atteint en 2019

Les coûts ne se réduisent pas à la même vitesse avec un total des dépenses de $517 milliards (-34,9%), alors que les recettes baissent de 50%. Les coûts qui ne sont pas liés au carburant grmpent de 14,1%, les coûts fixes étant répartis sur un nombre réduit de passagers. L’utilisation réduite des appareils va s’ajouter à la hausse des coûts. Le prix du caburant offre un peu de répit, le baril étant à $36,8, contre $77 en moyenne en 2019. Il devrait représenter 15% des coûts totaux, contre 23,7% l’an dernier.

Le trafic cargo est le seul à bénéficier de la situation

Le fret de soute étant bloqué en raison des vols commerciaux cloués au sol, les tarifs devraient grimper de 30% environ sur l’année. Les recettes vont se rapprocher d’un record avec $110,8 milliards en 2020 (2019: $102,4 milliards). Ce secteur représentera 26% des recettes, contre 12% en 2019.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY