Un pont de Léonard de Vinci reconstitué au Clos Lucé

« Je suis votre fidèle serviteur et je comprends que vous ayez l’intention de construire un pont entre Galata et Stambul… ». En ces termes, Léonard de Vinci commence la lettre qu’il adresse au sultan Bajazet II. En 1502, l’artiste dessine pour le souverain un grand pont d’une portée de 360 mètres, censé enjamber la Corne d’Or, et pouvant ainsi relier l’Europe à l’Asie.

514 ans plus tard, et 500 ans après l’arrivée de Léonard de Vinci en France, le Clos Lucé achève la construction de ce pont dans le parc du Château, non loin du pont pivotant et du pont à double niveau installés il y a plusieurs années.

Les ponts dessinés par le « premier peintre, ingénieur et architecte du Roi » sont novateurs : ils apportent la solution technique la plus pure face à la problématique de résistance au vent pour ce type d’ouvrage monumental grâce à deux arches paraboliques, latérales et galbées. Léonard de Vinci en son temps imagine des ponts « très légers et faciles à transporter, pour la poursuite de l’ennemi en fuite » ou « plus solides qui résistent au feu et à l’assaut, et aussi aisés à poser et à enlever »

Maître d’œuvre, le Château du Clos Lucé a rassemblé pas moins de 30 professionnels qui ont œuvré pendant plus de 3 500 heures pour la réalisation du pont de la Corne d’Or.

Infos : www.vinci-closluce.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY