Un match en loge privée à Anderlecht : commentaires et inquiétudes

Il est toujours agréable d’être invité un dimanche midi à déjeuner, avant d’assister à un match phare de la Pro League. Parking privé, accès aisé vers les loges privées, petite fouille sécuritaire habituelle, remise du bracelet d’identification traditionnel, et nous voici installé en bonne compagnie.

Et c’est ici que les choses vont se détériorer. C’est le traiteur Léonard qui est en charge des repas et malheureusement le contenu n’était pas à la hauteur. Malgré nos habitudes de grandes consommations ou plutôt « de masse », cela ne signifie pas que la fraîcheur doit laisser à désirer. Un poisson odorant, un agneau trop cuit, ou une boule vanille congelée à couper au couteau, heureusement que la petite mousse de foie gras et les zakouskis ont sauvés un peu la mise.

A cela s’ajoute un service chancelant, il n’en faut pas plus pour faire fuir, dans le futur, des sponsors qui paient cher et vilain pour accueillir leurs invités. Aucune ambiance particulière autour des loges, avant et après match.

Le match a sauvé la mise ou presque, un match nul vaut mieux qu’une défaite. Les rumeurs vont bon train en coulisses, et ont tendance à donner raison aux Médias. Des impayés qui s’accumulent, à tort ou à raison, des comptes bloqués, un mercato bof, bref la communication n’est guère brillante.

Les résultats globaux non plus d’ailleurs. Il faudra se battre pour rester dans les Play Off 1. Si par malheur ce n’était pas le cas, les abonnements des supporters risquent l’abandon. Marc Coucke, lui, doit se sentir un « peu » rassuré, l’augmentation de capital demandée aux actionnaires a été acceptée. Il peut dormir sur ses 2 oreilles pour l’instant, mais pendant combien de temps???

Il doit se demander ce qu’il est venu faire dans cette galère. L’argent doit néanmoins encore manquer car changer le nom d’un stade mythique peut s’avérer également dangereux. Demain Stade Arena ALLIANZ, Constant Vandenstock doit se retourner dans sa tombe.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY