Un hôtelier peut-il expulser impunément des clients déjà confirmés ?

Apparemment oui !! L’hôtel 4 étoiles The Fourth, à Leuven, a annulé ses réservations pour la période de fin d’année, et ferme boutique jusqu’à fin janvier. L’établissement compte 42 chambres, et affichait complet pour la période des fêtes. Les clients ont été transférés vers d’autres hôtels de la ville, de même catégorie. La raison est simple : le Sultan d’Oman et sa suite y résideront. Il doit en effet se faire soigner à L’UZ Leuven.

Le Sultan a bien évidemment le droit de se faire soigner, comme tout un chacun. Mais à quel prix ? Nous avons entamé une petite enquête, et avons soulevé quelques questions. Les clients « expulsés » ont-ils bénéficié d’une quelconque indemnité ou compensation ?

Approche téléphonique à 3 reprises auprès de l’hôtel incriminé avec la même question. Réponse : « Nous avons trouvé une alternative pour nos clients ». Point barre. Sans un seul commentaire ou justificatif commercial éventuellement positif, ni détail. Un silence de plomb bien organisé.

Même réactif auprès d’un hôtelier qui hébergera certains des clients « expulsés ». La communication entre eux a été parfaitement coordonnée et planifiée.

Le consommateur saura s’en souvenir, il n’a pas la mémoire courte

Je sais, l’industrie hôtelière est en souffrance, et donc une opportunité comme celle-ci ne peut être refusée. Mais quid des droits du consommateur ? Deux poids, deux mesures.

Le secteur aérien est lui aussi en difficulté et doit se battre pour survivre dans l’environnement compétitif actuel. De plus, il doit respecter les normes européennes au niveau des compensations en cas d’irrégularités diverses.

Les autorités européennes feraient bien d’imposer des mesures identiques pour le secteur hôtelier, sinon des abus semblables pourraient se multiplier. La loi du plus fort ou du plus influent financièrement domine.

Nous nous sommes refusés à contacter l’hôpital

Mais là aussi des questionnements peuvent surgir, quand on sait que les listes d’attentes sont longues pour avoir accès au juste spécialiste. Y a-t-il eu influence de priorité ? On ne le saura jamais.

Idem pour les chambres. On imagine bien qu’une chambre sera insuffisante pour accueillir cet hôte de prestige. Ici aussi, y a-t-il eu « orchestration » de chambres au détriment d’autres patients ??? On ne le saura jamais. Déontologie oblige, cela ne devrait pas être le cas. Mais les terribles doutes subsistent.

À ce jour le consommateur se doit de s’adresser à des associations telle que Test Achat pour défendre ses droits et se défendre. Déjà qu’il doit souvent s’adresser à des sociétés spécialisées pour récupérer une indemnité ou compensation, sinon l’attente peut être très longue.

Une transparence commerciale est indispensable pour rassurer le consommateur. Il n’est plus dupe. Allons-nous devoir arriver au stade du terrible constat : « Tout pour les nantis, et le reste pour les moins que rien ? ». Espérons que non, l’avenir nous le dira.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY