Un contrôle de trop à Brussels Airport

La Belgian Travel Organisation (BTO) insiste sur la levée graduelle et intelligente des mesures de sécurité instaurées depuis les attaques terroristes de 22 mars. Dans quelques semaines commencera l’exode des vacances d’été et le pic des départs provoquera une forte augmentation du nombre de voyageurs qui, sans exception, devront être servis d’une façon aussi sûre qu’efficace.

La réouverture du hall des départs est une bonne nouvelle. Mais, comme le dit le président de la BTO, Jan Van Steen : « Plus est possible à court terme. Pourquoi est-ce que l’on prévoit encore toujours le contrôle des voitures ? Les voitures qui s’approchent de l’aéroport doivent toujours ralentir afin de permettre un contrôle (éventuel). L’utilité de cette mesure est douteuse. Supprimer cette entrave reviendrait à abolir un (éventuel) contrôle de trop ».

Un parcours-labyrinthe
La signalisation à l’aéroport pourrait être améliorée. Le parcours de l’entrée du bâtiment jusqu’au dernier check-in est un peu comme un labyrinthe. La réouverture du hall des départs le 2 juin permettra d’éviter nombre de complications. Une bonne signalisation à l’intérieur de l’aéroport permettra de mobiliser plus de personnel pour d’autres formes de services aux voyageurs. La BTO ajoute: « Il va de soi que la continuité du service devra absolument être garantie ».

L’efficacité de l’industrie
Le syndicat de la police de l’aéroport devra comprendre à court terme que les contrôles dans les tentes devant le bâtiment donnent l’impression que cette mesure vise à protéger les bâtiments et pas les voyageurs. L’afflux concentré de voyageurs dans les tentes avant d’entrer à l’aéroport offre toutes les opportunités aux terroristes.

Toute l’industrie du voyage (aéroport, compagnies aériennes, agences de voyages, tour- opérateurs, etc.) s’est montrée efficace après les attentats. Cela nous a couté beaucoup de travail et d’efforts. La mise en œuvre d’une situation plus ou moins normale devrait en principe être réalisable à court terme.

La BTO ajoute : « Il s’agit également d’attirer des touristes (vacanciers et voyageurs d’affaires) vers notre pays. C’ est pourquoi la normalité est un must nécessaire. » Pour Kirsi-Marja Salonen, présidente de l’ ECTAA (l’association des bureaux de voyages et des tour- opérateurs européens), « ce serait une très bonne chose pour la capitale de l’Europe si l’aéroport fonctionnait d’une manière normale. C’est tout simplement dans l’intérêt des voyageurs ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY