Un avis sur la crise parmi d’autres

Pas dans mes habitudes, mais là je vais en rajouter une petite couche puisque tout le monde le fait (de quoi alimenter les conversations de comptoir, avant qu’on nous interdise d’aller au bistrot) …

Je ne suis ni médecin, ni infectiologue, ni politicien, ni devin, juste un professionnel du tourisme. Alors (1) La Belgique est au même stade que la France : depuis plusieurs jours, le nombre de cas est 6x inférieur à la France (en date du 09/03, respectivement 239 et 1.412). Logique : la Belgique compte 6x moins d’habitants que la France (2)

Avec une population totale sensiblement équivalente (entre 60 et 70 millions d’habitants), la France suit la courbe de progression de l’Italie avec environ 8 jours de retard (le 29/02, l’Italie comptait 1.128 cas, le 08/03, la France en comptait 1.126 !),

Facile donc de prévoir ce qui va nous arriver la semaine prochaine : on sera à plus de 8.000 cas en France et près de 1.400 en Belgique … Pourquoi en serait-il autrement ? (3)

La Chine a connu son pic mi-février, et depuis lors le nombre de cas ne cesse de baisser : en tenant compte des guérisons, on est retombé à moins de 20.000 malades et cela on ne le dit pas assez : l’économie est déjà en train de se relever là-bas !

Un signal parmi d’autres : Disneyland Shanghai a rouvert ses portes ce 09/03 … Mais à quel prix ?

Des mesures de confinement drastiques et impopulaires ont été imposées ! Sachant que l’Italie a déjà réagi trop tard (en comparaison au modèle chinois), je vous laisse le soin de juger la gestion de crise «à la belge » : no comment. Catastrophisme ? Paranoïa ?

Non, en tant que professionnel du tourisme, je plaide pour des mesures fortes et immédiates qui limiteront les dégâts, déjà énormes dans notre secteur, il faut rétablir au plus vite les conditions d’un retour « à la normale » pour notre économie, sans quoi nous risquons de basculer dans une crise sans fin : on y sera encore en juillet, et le spectre des 800.000 malades évoqués est parfaitement plausible dans ce cas … et tout cela toujours sans gouvernement 😉 

Dans le meilleur des cas (selon le modèle chinois, donc avec des mesures de confinement strictes), nous atteindrons le pic fin mars/début avril (avec 5.000 à 10.000 cas en Belgique), ce qui signifie qu’il faudra fermer les écoles avant les congés scolaires, ne pas ouvrir les musées et parcs d’attractions lors du démarrage de la saison touristique, limiter fortement les voyages et événements publics, voire confiner la population comme en Italie, avec l’espérance une sortie de crise en mai (toujours selon le modèle chinois).

Il faut être réaliste, cela ne fait plaisir à personne, mais on va toutes et tous déguster (surtout les entreprises touristiques : c’est trop tard, le démarrage de la saison est déjà foutu, alors autant limiter les dégâts) mais c’est le prix à payer pour vivre un été serein, juste un mauvais moment à passer, Courage !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY