Ulyx en Norvège (2ème partie)

Suite de cette escapade hivernale de 5 jours effectuée fin février dernier. Nous sommes à bord du Nordkapp (Hurtigruten) pour deux jours et deux nuits. Avec plein de belles choses à visiter… Ce voyage a été réalisé par Nordiska Voyages (une branche du T.O. français Salaün).

Nous venons de partir de Stamsund ce soir vers le nord et j’adore l’idée de ce voyage dans le voyage. Une petite croisière à bord d’un des bateaux mythiques de la compagnie postière norvégienne est un must ! Les côtes en hiver (ou en toute saison) sont de grande beauté. L’ambiance à bord est excellente. Il y a des groupes de touristes (Chinois, Américains, Allemands et quelques Français ainsi que des Norvégiens…).

article-2-7Les voyageurs locaux ne prennent pas de cabine car ils débarqueront déjà dans quelques heures. Tant qu’on parle de cabine, le mienne est plutôt simple mais fonctionnelle.

Ce n’est pas le luxe et c’est une cabine du genre de celle d’un ferry mais agréable et fonctionnelle, comme si j’allais en Angleterre ou en Corse. Cela me suffit et j’adore l’ambiance.

Puis il y a les espaces avec le bar et le restaurant. Le service y est sympathique et la soirée s’annonce tranquille, bercée par un peu de piano et le déplacement du bateau. Le Nordkapp est également un transporteur de fret. Il ne faut dès lors pas s’étonner    article-2-81-1si durant la nuit, lors de l’une ou l’autre escale, les ponts roulants sont activés pour charger/décharger je ne sais quelles marchandises.

Disons que c’est un peu bruyant mais cela fait partie de l’aventure…

Et l’on n’attend qu’une chose, que le bateau reparte pour plus de calme et de silence. Nous ne sommes pas à bord d’un Costa ou d’un MSC, certes. Mais ce petit côté cargo et aventurier mâtiné d’ambiances Agatha Christie n’est pas pour me déplaire…

Cette croisière donne également un peu de temps libre pour la découverte du navire, la balade sur les ponts, avec un bon bouquin à terminer et demain, encore ces fabuleux paysages à contempler. Avec les reflets de la lune, on devine les sommets enneigés et les lumières qui brillent à l’horizon.

article-2-8Belle de nuit…

Malgré le froid piquant à l’extérieur, la nuit chaleureuse à l’intérieur s’annonce douce et paisible. Le bateau trace son sillage dans l’obscurité. Au loin, les lumières de ports et de bourgades aux noms imprononçables.

Les étoiles brillent dans le ciel. Pas la moindre aurore boréale en vue. Bah, ce sera pour demain, peut-être. Il est vrai que photographier le phénomène doit se faire avec un trépied (nécessaire pour le petit temps de pause).

Mais dans ce froid polaire, cela s’annonce plutôt difficile car nous sommes à bord d’un bateau et un bateau… ça bouge, pardi. Même si la mer est calme. Il paraît qu’en cas d’aurore, le personnel la signale. Je retourne à ma cabine. Mais après un petit moment, j’ai comme un doute… Je me dis qu’il serait dommage de rater le phénomène et qui sait, de ne pas entendre l’alerte.

article-2-2Au fait, c’est comment une alerte aux aurores? Ils le font par téléphone ou ils sonnent une cloche ? J’aurai dû m’inscrire, peut-être… Bon, allez hop,  je me rhabille au cas où. Et je repasse à travers le bar qui mène au pont extérieur.

Quelques consommateurs terminent leurs discussions et leurs derniers verres. Me voilà sur le pont. Waw, ça caille, le vent est glacial ! Toujours rien. Quoi que… Mais, mais si mais si !

Voilà une lueur verte fluo qui apparaît eu zénith. C’est bon signe ça ! Le vert est la couleur principale des aurores. Cela s’intensifie… Le temps de retourner à ma cabine prendre le matos et me voilà à nouveau sur le pont. Quelques Chinois munis de leurs trépieds ainsi que quelques Américaines s’extasient devant ce feu d’artifice.

Ça y est, j’ai mes aurores ! Je mitraille, merci trépied, merci bateau de garder le cap et de ne pas trop bouger ! Les collègues dorment, dommage! Je leur montrerai demain ce qu’ils sont raté…

article-2-3Mais la nuit prochaine, il y en aura peut-être encore. Tiens, et l’alerte, au fait ? J’ai posé la question à un membre d’équipage. Il m’a répondu laconiquement : « non, ce soir c’est calme. Pas grand-chose à voir. Donc pas d’alerte ! » Mince alors, mais qu’est-ce que cela doit être alors dans le cas contraire !

Bref, pour moi en tous cas, cette nuit-là fut pleine de rêves et d’aurores. J’ai capté la lumière colorée de la belle de nuit avec ses draperies célestes et fantasques au-dessus des sommets enneigés à l’horizon. Encore tout fébrile, alors que le spectacle s’est arrêté, je revérifie mes cartes mémoire, je verrouille et sécurise les photos, on ne sait jamais !

Demain, une autre aventure commence avec une courte escale à Harstad dans les îles Vesterålen puis le voyage se poursuivra vers Tromsø, la «Paris du Nord» où l’on s’arrêtera quelques heures en fin d’après-midi avant la deuxième et dernière nuit à bord.

Je vous raconterai au prochain épisode… Ulyx.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY