Turquie: destination n°1 cet été pour les Belges ?

Cheminées de Fées en Cappadoce ©Hervé Ducruet

Changement majeur dans les tendances de l’été chez TUI: les Belges ont le plus souvent opté pour des destinations turques l’été prochain. TUI indique que les réservations pour la Turquie ont augmenté de 58% par rapport à l’année dernière. Cette forte croissance est également constatée chez Thomas Cook.

Retour sur la sellette

Selon TUI, plus de la moitié des réservations de vacances ont déjà été effectuées à la fin du mois de février. « Après plusieurs saisons où ce sont les destinations européennes qui étaient plébiscitées, les destinations turques sont complètement revenues au goût du jour », explique Piet Demeyere de TUI Belgium.

« L’Espagne et la Grèce restent populaires, mais le grand gagnant est la Turquie avec 58% de réservations en plus par rapport à la même période de l’année dernière », constate-t-il.

Succès du tourisme All-In

©TUI

Selon lui, des vacances en Turquie se distinguent généralement des séjours dans des destinations européennes, où le voyageur choisit un hôtel proche de la station balnéaire…. et qui présente de nombreuses possibilités de shopping et de divertissement.

« En Turquie, le vacancier reste la plupart du temps dans son hôtel, pour la simple raison que tout se trouve déjà sur place. Beaucoup d’établissements en Turquie sont relativement neufs et l’infrastructure est donc plus moderne et plus grandiose que celle qu’on peut trouver dans d’autres destinations » explique encore Piet Demeyere.

Hôtel, soleil, piscine…

Les familles sont clairement convaincues des nombreux avantages de la Turquie: 17% des voyageurs qui partent en Turquie sont des enfants. La Grèce attire 11% d’enfants, l’Espagne 8% et le Portugal 4%. Kusadasi reste la destination familiale par excellence chez TUI, et la côte égéenne (Dalaman) est la destination qui montre la plus forte croissance, avec 125%.

Barque de pêcheur à Djerba ©Hervé Ducruet

Chez Thomas Cook, l’année dernière, le top 5 des destinations était constitué de l’Espagne, la Grèce, la Turquie, la Bulgarie et la Maroc. « Pour l’été 2018, les trois premiers restent les mêmes, mais à la quatrième place on trouve la Tunisie. La cinquième place est pour l’Égypte. Le Maroc et la Bulgarie, quant à eux, disparaissent du top 5 et redescendent en sixième et septième positions », explique Nathalie Meert, de Thomas Cook.

La Mer Égée, théâtre de tensions gréco-turques

Pourtant, l’îlot Imia, situé dans la mer Egée, a été pour la seconde fois en quelques semaines source de tensions entre la Turquie et la Grèce après qu’un patrouilleur turc et un patrouilleur grec soient entrés en collision en février dernier. Ces deux rochers que forme l’îlot Imia appartiennent encore à la Grèce, mais sont régulièrement disputés par les deux pays, et avaient déjà failli mener à un conflit armé en 1996.

Les relations entre les deux pays sont traversées par de vives tensions depuis plusieurs mois, alimentées par le refus d’Athènes d’extrader huit officiers turcs ayant trouvé refuge en Grèce après le coup d’État manqué en Turquie en juillet 2016. Désormais, ce sont deux soldats grecs qui ont été arrêtés le 2 mars par l’armée turque pour avoir pénétré en zone militaire interdite.

Le Ministre grec de la Défense, M. Panos Kamménos, a déclaré: « Nous sommes très près d’un accident mortel ». Des tensions qui ne dissuadent apparemment pas les Belges de se rendre en Turquie pour leurs vacances d’été, depuis que la sécurité de la destination s’est améliorée, et ce malgré les polémiques liées à l’autoritarisme croissant du régime en place.

+++++++++

Dernière mise à jour de Diplobel (en date du 19 février 2018)

Plusieurs binationaux UE-turcs ont été  récemment privés du droit de quitter le territoire turc et ce sans qu’une motivation précise ait été avancée.

Les détenteurs de la double nationalité belge et turque doivent être conscients que les autorités belges ne sont pas en mesure d’intervenir au titre de l’assistance consulaire en faveur des détenteurs d’une double nationalité lorsque ceux-ci se trouvent dans le pays de leur autre nationalité (Turquie).

Une aide humanitaire, conformément aux conventions internationales en la matière, sera, dans la mesure du possible, fournie dans les cas d’urgence humanitaire.

Plusieurs cas de refoulement, notamment aux frontières aéroportuaires, ont été constatés. Les personnes refoulées sont généralement renvoyées vers leur lieu de départ sur le prochain vol de la compagnie aérienne qu’elles ont empruntée pour se rendre en Turquie. Il se peut que le retour ne soit pas toujours immédiat (premier vol disponible).

Les postes diplomatique et consulaire belge en Turquie ne sont pas en mesure d’infléchir la décision des autorités turques. Chaque État a en effet le droit souverain de contrôler l’accès à son territoire national.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY