Turkish Airlines licencie du personnel à la demande de l’état

Le semblant de coup d’état en Turquie aura renforcé les pouvoirs du président Erdogan. La purge dans toutes les institutions de l’état se poursuit. Les autorités auraient déjà suspendu ou arrêté au moins 60.000 personnes. Du personnel de la compagnie Turkish Airlines aurait été également licencié car soupçonné d’être partisan de ce coup d’état. L’image de la compagnie va prendre un coup.

Un coup d’état qui aurait été inspiré par un opposant réfugié aux US

Le coup d’état n’aura duré que quelques heures. Il y aurait eu 265 personnes qui auraient trouvé la mort. Les militaires impliqués dans ce coup d’état ne semblaient pas être très nombreux. Erdogan a accusé les partisans de Fethullah Gülen d’avoir tenté de fomenter un soulèvement parmi les militaires, les médias et le système judiciaire. Gülen, réfugié aux États-Unis depuis 2013,  est impliqué dans un débat de société sur l’avenir de l’état turc, et Türkei_Flagge_1468940286-e1469081020749-696x385l’islam dans le monde moderne. Selon certains médias anglo-saxons, « il ferait la promotion d’un islam tolérant qui met l’accent sur l’altruisme, le travail et l’éducation ».

Erdogan profite de ce coup d’état pour lancer une purge

« Ce soulèvement est un don de Dieu pour nous parce que ce sera une raison pour nettoyer notre armée », selon les propos d’Erdogan. De nombreux militaires auraient été arrêtés dont 30 % de généraux ! Les autorités ont également commencé une répression majeure dans le système judiciaire. Plus de 3000 procureurs et juges sont détenus. On indique que la purge s’est aussi étendue à l’éducation nationale. Il y aurait au moins 60 000 personnes concernées.

Turkish Airlines est également visée

La compagnie turc indiquerait avoir mis fin aux contrats de 211 employés. Ces licenciements ont été décidés juste après le coup d’état. Le transporteur national a déclaré que les contrats de ces personnes avaient été annulés « en raison de leurs performances médiocres ». Un prétexte qui est pour le moins fallacieux. Ces licenciements concernent du personnel de cabine, des pilotes, du personnel administratif et quelques directeurs.

Turkish Airlines n’a pas commenté immédiatement sur la façon dont les licenciements auraient un impact sur ses activités. Mais il est clair que l’image de la compagnie sera durablement écornée par ces mesures. Par ailleurs, le tourisme vers Istanbul ou Antalya, qui avait été déjà ralenti à cause des attentats, va subir un ralentissement conséquent. On a bien sûr une pensée pour nos amis professionnels en Turquie.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY