TUI veut s’offrir Transat France

Transat Group a confirmé ce mercredi la rumeur qui couvait depuis plusieurs jours : TUI lui a adressé une offre ferme de rachat de ses opérations de voyagiste en France et en Grèce pour une valeur d’entreprise de 54,5 M€. Le même jour, TUI annonçait le doublement de la perte semestrielle du groupe à 449 M€.

Le groupe Transat a confirmé ce qui n’était plus qu’un secret de polichinelle : TUI a proposé une « offre ferme pour l’achat de ses opérations de voyagiste en France (Transat France) et en Grèce (Tourgreece) pour une valeur d’entreprise de 54,5 M€. »

Au début de l’année, le groupe canadien Transat avait annoncé son intention de vendre ses activités de voyagiste en France et en Grèce pour recentrer son activité sur la zone Amériques.

Dans un autre communiqué publié ce mercredi, TUI confirmait que « Les deux groupes sont entrés en négociation exclusive », précisant que « Cette acquisition ferait de TUI le leader sur le marché français ».

Des destinations intéressantes pour TUI

Avec ce rachat, TUI s’offre les marques Look Voyages (et ses précieux clubs Lookéa) et Vacances Transat de Transat France (560 salariés qui ont fait voyager 375.000 clients en 2015). L’an dernier, le TO avait souffert avec une perte de 190.000 € pour un chiffre d’affaire en baisse de 2 % à 441 M€.

Transat France propose des destinations-phares comme l’Espagne, la Grèce, Cuba ou la République dominicaine. Des destinations plus qu’intéressantes pour TUI à la recherche de destinations de remplacement à la Tunisie et la Turquie.

La vente est attendue d’ici au 31 octobre prochain. Entre-temps, elle doit être approuvée par les autorités réglementaires européennes en matière de concurrence. La cession est aussi assujettie à l’obtention de l’avis consultatif du comité d’entreprise de Transat France a précisé le Groupe Transat.

TUI Perd 449 M€ au 1er semestre

Sur la première moitié de cet exercice qui courrait d’octobre 2015 à mars 2016, l’Ebita ajusté s’est soldé par une perte de 236,9 M€, en retrait sur l’année précédente. Par contre, la perte nette semestrielle a plus que doublé pour s’établir à 449 M€.

Ces mauvais résultats s’expliquent essentiellement par une dépréciation des parts de TUI dans l’armateur Hapag-Lloyd. Un armateur dont TUI cherche désespérément à se désengager.« Notre modèle d’activité intégré et notre concentration sur nos offres d’hôtels et de croisières ont montré que nous suivions la bonne stratégie et nous ont rendu résistants », a expliqué Fritz Joussen, le patron de TUI, dans un communiqué.

Le communiqué annonce également la hausse de 2,7% du chiffre d’affaires semestriel à 6,8 Md €, un résultat à souligner d’autant plus que « le contexte du marché a été difficile », au regard des attentats qui ont frappé des destinations touristiques.

H.D.

 

my travel job logo

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY