Trois sénateurs américains veulent une enquête sur la taxe GDS de Lufthansa

Alors qu’en Europe, rien ne semble bouger depuis des semaines, aux Etats Unis, trois sénateurs ont écrit au ministère des transports sur les anomalies qu’ils auraient constaté sur l’application de la DCC par toutes les compagnies du groupe Lufthansa (Swiss, Austrian, Brussels Airlines et Lufthansa).

Des anomalies auraient été constatées lors d’une réunion IATA à Miami

En effet, dans ces évènements qui réunissent au moins une centaines de transporteurs aériens, le patron du groupe allemand, Carsten Spohr, aurait évoqué la DCC. La déclaration sur le fait que les compagnies du groupe Lufthansa introduiraient un supplément sur les réservations effectuées sur les GDS. Il aurait ajouté « une première étape et je crois que d’autres suivront ». Les sénateurs américains considèrent que ces propos pourraient violer les lois antitrust.

Un courrier qui reste contesté par Lufthansa et IATA

Les sénateurs ont écrit au Département des Transports américains. Dans ce courrier, les trois sénateurs considèreraient que Lufthansa aurait encouragé les concurrents à suivre son exemple.

Les trois sénateurs ont exhorté le département des Transports et le ministère de la Justice d’enquêter sur ces questions et de prendre des mesures contre Lufthansa si les autorités concluaient qu’il y avait effectivement une violation des règlements. La lettre affirme que 96 des 118 compagnies aériennes présentes dans cette réunion IATA ont indiqué qu’elles « pourraient faire un geste similaire ».

Lufthansa_A380_D-AIMA-1Lufthansa réfute les termes de ce courrier

Lufthansa ne croit pas que  l’annonce ou la mise en œuvre du coût de distribution de charge (DCC) ait violé les lois antitrust des États-Unis. Le thème de la DCC aurait été discuté de façon générale.

Les réunions IATA sont filmées et peuvent confirmer ou non ce qui a été annoncé. Le ministère américain des Transports aurait déjà examiné les événements de la réunion IATA et aurait conclu il y a plusieurs mois qu’aucune des lois antitrust américaines ne pouvaient s’appliquer. Le département aux transports devra revoir sa copie.

Pour sa part, l’IATA a critiqué les trois sénateurs et leur action cette semaine.

Nos confrères américains Tnooz.com ont reçu un courrier d’IATA pour expliquer leur position. « Si les sénateurs veulent vraiment aider les voyageurs aériens, ils pourraient travailler pour réduire les 13 milliards $ en frais de sécurité taxés auprès des passagers. Ils pourraient aider à résoudre les files d’attente excessivement longues pour la sécurité dans les aéroports aux États-Unis ».

La bataille juridique continue entre Sabre et Lufthansa sur la DCC

Lufthansa et Sabre se battent aussi devant les tribunaux sur les termes de leur contrat de distribution existant. On attend avec impatience le jugement. D’autres organisations se battent également aux Etats Unis comme la Business Travel Coalition (BTC) et AirChannelChoice.travel. Il s’agit d’associations créées pour lutter contre la DCC.

Une étude de la GBTA démontrait que 39% des personnes interrogées réserveraient sur d’autres transporteurs.

Une étude a été réalisée par la Global Business Travel Association (GBTA) et publiée en Octobre dernier. Selon cette étude 42% des acheteurs de voyages interrogés ont diminué leurs réservations avec Lufthansa depuis le depuis que la DCC est entrée en vigueur le 1er Septembre 2015. En outre, 93% des personnes interrogées ne réservent pas directement sur le site de Lufthansa. Enfin 39% sont à la recherche d’autres transporteurs.

Seulement 2% des acheteurs de voyages interrogés ont déclaré qu’ils allaient réserver directement avec Lufthansa pour éviter les frais 16 €. Pourquoi les associations qui défendent les agences de voyages en Europe, en France ou en Belgique sont-elles si silencieuses ?

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY