Traveller Made a tenu ses assises à Deauville

Regroupant 270 agences de voyage spécialisées et déjà plus de 300 prestataires de haut niveau, Traveller Made est devenu, en un peu plus de trois ans, le plus vaste réseau au monde dédié à l’ultra-luxe. Impressionnant.

Dans l’une des deux immenses salles du Palais des Congrès, creusé sous la plage de Deauville, des tables prévues pour deux occupants s’alignent, impeccablement, quasi à perte de vue. Dans un instant, elles seront prises d’assaut par les agents de voyage membres de TravellerMade et des prestataires triés sur le volet — dont, tout récemment, la chaîne Small Luxury Hotels of the World et les resorts One & Only — pour des entretiens de vente qui ne dureront pas plus de dix minutes. Comme l’observait perfidement un confrère : encore autre chose que BTExpo…

Dans une salle voisine, exactement 68 tables rondes de dix convives attendent, sagement dressées, les participants à la soirée de gala, quelques heures plus tard. Oui, près de 700 personnes, dont les représentants de 270 agences dans le monde, réalisant un total de près de 2 milliards d’euros de ventes, 310 prestataires et une centaine de journalistes – et, malheureusement, de blogueurs. Et dire que rien de tout cela n’existait il y a quatre ans !

Car c’est en trois ans et demi seulement que Traveller Made est devenu le plus vaste réseau au monde dédié à l’ultra-luxe. Qui sont ses membres ? Des « designers de voyage » qui ne ciblent qu’une clientèle de très haut de gamme pour des prestations nécessairement sur mesure, générant un volume de ventes situé entre 1 et 35 millions d’euros (7 millions en moyenne).

Près de 12 p.c. de croissance !

Le chiffre est en augmentation de 11,9 % par rapport à l’an dernier : à comparer avec la croissance mondiale du secteur touristique dans son ensemble, que l’UNWTO estime à 3,9 % pour la même période. Voire, pour l’anecdote, aux 5 % du groupe LVMH, premier opérateur de luxe et marque de référence dans le monde.

70 à 80 % des clients du réseau Traveller Made font partie des ultra high net worth, 220.000 familles tout de même, riches, ensemble, de 31.000 milliards de dollars… Traveller Made estime qu’un quart de ces familles sont ses clients potentiels, soit une moyenne de plus de 200 prospects par agence, au stade actuel.

Photo Quentin DesurmontL’ego des stars du sport et du showbiz

La moitié de ces familles viennent du monde de la finance et des affaires, quand elles ne possèdent pas leur propre entreprise (14,5 %). Et 15 % appartiennent au monde du show business ou du sport : un marché que certains, comme Quentin Desurmont, créateur de Traveller Made et lui-même « designer » de voyage, ne recherche pas vraiment : des ego démesurés, habitués à ne rien payer eux-mêmes…

Les riches n’aiment plus l’Amérique

Elaborer des itinéraires complexes ou organiser des événements familiaux, c’est la tâche principale des membres du réseau. Quant aux destinations, l’Asie (+135 %), l’Inde et l’Océanie (+115 %) ont le vent en poupe, au détriment de l’Europe (-15 %), de l’Asie du Sud Est (+40 %) et surtout — effet Trump ? — de l’Amérique du Nord (- 72%).

Le Japon, l’Italie, les Maldives, la France, etc., restent les grands classiques parmi les destinations, où la Croatie s’installe à une inattendue 14ème place, juste derrière le Canada. Mais le Sri Lanka, la Costa Rica, la Colombie et l’Equateur, le Myanmar, le Bhoutan, les îles Fidji et bien sûr Cuba, deviennent très tendance.

Des agents optimistes

Pour l’année à venir, les 485 agents interrogés en Europe se disent « optimistes », à 59 %, voire même « enthousiastes », à 19 %. Au total donc, une vision de l’avenir proche positive à 78 %, contre 33 % l’an dernier seulement. Les Espagnols en tête (un bond 14 à 95 % en une seule année !), suivis par les Allemands et les Britanniques, devançant les francophones — à 78 % tout de même, soit la moyenne générale : il n’y a guère que les Russes à n’être que 38 % pour se montrer optimistes.

Un sujet d’étude

Il fallait encore le grand amphithéâtre du Palais des Congrès de Deauville pour accueillir tous les participants à cette grand-messe du luxe, un rendez-vous désormais incontournable qui se trouve aussi être l’occasion d’analyser les tendances et d’appeler quelques orateurs à s’exprimer sur le sujet. Car le luxe, aujourd’hui, est un sujet d’étude, des économistes aux philosophes, qui remplissent les publications des universités.

IMG_6104Du voyage aux… accessoires

Traveller Made n’en reste pourtant pas là. Do Not Disturb, une gamme de bagages et d’accessoires de voyage, et un magazine en préparation, Sedrendipia, viennent compléter l’offre personnalisée que chaque agence se doit de proposer à une clientèle particulièrement exigeante.

Enfin, sa fondation Epic, veut inciter ses clients à s’impliquer dans le développement en aidant par leurs dons des enfants du monde à acquérir les outils nécessaires à affronter le monde. Car on peut être riche, mais aussi généreux.

Traveller Made, à Deauville pour trois ans

Il n’y aurait pas de convention Traveller Made sans les inévitables awards, qui récompensent ici des prestations exceptionnelles. Sachez donc que le General Manager d’hôtel le plus sympa est Renato Chizzola, du Cheval Blanc Randheli, une île de la mer des Laquedives, que le meilleur concepteur d’expérience urbaine est Jordi Camps, CEO de China a la Carte, etc.

Mais les années prochaines, à n’en pas douter, regrouperont sans doute encore plus de participants, et peu d’endroits — de classe, s’entend — sont capables d’accueillir autant de monde dans les meilleures conditions. D’où le choix de Traveller Made, après Montreux en 2016, de se fixer à Deauville, au moins pour les deux prochaines éditions.

Au grand ravissement de Philippe Augier, maire de Deauville, qui a surpris ses hôtes en leur apprenant que sa ville, quatrième ville la plus attractive au monde selon Google, après Londres, Venise et Barcelone — et donc avant Paris ! — ne comptait que 3.700 habitants !

Ses célèbres haras, l’architecture anglo-normande, notamment de ses hôtels comme le Normandy ou du Golfe, tous deux propriétés du groupe Barrière, la proximité des plages du débarquement ou du Mont Saint Michel, n’y sont sans doute pas étrangers.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY