Traveller Made: 1500 membres, agences et fournisseurs

Le réseau Traveller Made, qui regroupe dans le monde près de 400 agences de voyage spécialisées dans le (très) haut de gamme et plus d’un millier de leurs fournisseurs, a tenu ses assises annuelles fin mars, cette fois à Marbella, destination de prestige s’il en est.

Il existe plusieurs associations mondiales d’agences de voyage spécialisées dans le « haut de gamme », comme Virtuosa ou Signature, surtout présentes aux Etats-Unis. Née voici six ans seulement, Traveller Made a au contraire un parfum européen. Si les agences de voyage ne paient pas de cotisation, elles sont soumises à des critères très sévères de sélection : une solide expérience et de grandes aptitudes à la communication, un chiffre d’affaires de 2 à 30 millions d’euros, une obsession pour le service et… la capacité à gérer les TRES riches. Elles sont aussi invitées à soutenir, c’est bien le moins, les prestataires partenaires. Lesquels s’acquittent d’un cotisation plutôt modique, de l’ordre de 3.500 euros l’an, mais sont invités à participer aux événements organisés par Traveller Made pour un montant de l’ordre de 10 à 12.000 euros.

Une croissance exponentielle

En six ans, Traveller Made a connu une croissance exponentielle : le réseau compte aujourd’hui 390 agences dans 65 pays dont 173 en Europe, en augmentation de 29 % l’an dernier par rapport à 2017. En Belgique, outre une antenne bruxelloise de Peplum, Traveller Made ne compte que quatre membres : Atlas Reizen, Horizons Nouveaux, Quinoa et World of Travel, qui a reçu cette année le prix du « most creative travel designer », récompensant le travail de plusieurs années de cette agence courtraisienne, que dirige Patrick Devos.

Toutes ces agences représentent un chiffre d’affaires de 2,6 milliards de dollars. Du côté des prestataires, on dépasse aujourd’hui le millier, avec 885 hôtels, lodges, trains et compagnies de location de  bateaux privés, auxquels s’ajoutent 91 « private places » et 140 DMC.

30 personnes à plein temps

Une équipe de 30 personnes, réparties entre Paris, Lausanne, Londres et New York, gère le réseau au quotidien, le site Internet privé et l’organisation annuelle d’un forum au cours duquel on dévoile le « baromètre » annuel et les tendances pour les mois à venir et où des invités de marque viennent donner leur vision du luxe en général et dans le secteur du voyage en particulier.

Ces dernières années, Traveller Made a aussi diversifié ses activités avec notamment, et tout récemment, un partenariat avec les plus prestigieuses écoles hôtelières : Les Roches, en Suisse (à Glions), en Espagne (à Madrid), avec l’University of Central Florida Rosen College et avec l’Institut Paul Bocuse.

Un accueil somptueux

Le choix de Marbella pour la 6ème édition du forum, et celle de l’an prochain, ne doit évidemment rien au hasard. La perle de la Costa del Sol dispose de suffisamment d’hôtels de haut de gamme pour accueillir un bon millier de congressistes dans les meilleures conditions. La Villa Padiena, qui accueillait les 55 journalistes, dans son style florentin, en est un bel exemple. Ou la Finca la Concepción pour un apéritif dans les jardins suivi d’un dîner de gala sous une immense tente et la remise des inévitables « awards ». Ou le Club Marbella (photo), qui reste, en bord de mer, l’un des plus beaux endroits au monde pour organiser une soirée inoubliable… N’y manquait que James Bond, ou plutôt Sean Connery, qui y possédait une villa jusqu’il y a peu et y venait en voisin.

Baromètre et tendances

Jetons à présent un coup d’œil sur le « baromètre » de Traveller Made. En 2017, alors que le marché avait crû de 18,1%, 78% de ses acteurs envisageaient l’avenir avec confiance. L’année suivante, pour 26,4% d’augmentation, on comptait 83% d’optimistes ! Et pourtant, en 2019, ils ne sont plus que 69%… alors que la demande pour des prestations ultra luxueuses va certainement continuer à croître. Car le marché est loin d’être saturé. Pour Quentin Desurmont, fondateur de Traveller Made (photo), il est normal que l’optimisme se tempère quelque peu après trois années de croissance ininterrompue. Voilà pour les attentes des acteurs du secteur.

In : le Japon, out : la Polynésie française

Quelles seront les destinations « tendance » en 2019 pour les voyageurs fortunés ? Traveller Made a son « Top 14 », dans lequel on voit entrer cette année le Japon, l’Indochine et les Maldives. Mais on y trouvait déjà la Nouvelle Zélande, l’Afrique du Sud, l’Italie et les Etats-Unis. Les plus belles progressions devraient venir du Sri Lanka (mais c’était avant les événements d’avril dernier…), la Scandinavie (+10%) et les régions polaires (+9.7%), devant le sultanat d’Oman (+6%). Le Rwanda et le Botswana devraient être en baisse. En revanche, la Polynésie française, les croisières privées et le Costa Rica disparaissent cette année du Top 14 établi par Traveller Made. On attend avec intérêt son prochain forum, dont on sait déjà qu’il se tiendra, toujours à Marbella, du 23 au 27 mars 2020.

(à suivre)

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY