Transport & Environnement: obsessions et mensonges

Parmi les dix plus gros pollueurs au monde, on ne trouvait jusqu’ici que des centrales à charbon. Mais c’était sans compter sur la « perspicacité » des lobbyistes de Transport & Environnement, qui ont réussi à inclure MSC et Ryanair dans la liste, respectivement en huitième et dixième position.

MSC ? « Une compagnie dont les consommateurs n’ont jamais entendu parler », assure T&E, prenant bien soin de ne pas rappeler que MSC Croisières est filiale du transporteur maritime, dont elle ne représente cependant que moins de 10 % du chiffre d’affaires. Car, une nouvelle fois, c’est bien le tourisme en général et la croisière en particulier qui sont visés par la dernière « étude » de Transport & Environnement.

Le hic, c’est que, à supposer que ces chiffres soient exacts, on ne sait pas d’où ils proviennent ni comment ils ont été calculés… Une habitude chez ces gens, du moment qu’ils puissent en déduire quelques arguments-choc qui séduiront le grand public.

Bien moins que huit centrales à charbon…

Ainsi, selon T&E, tous les navires au départ ou à destination des ports européens seraient responsables de l’émission de 139 millions de tonnes de CO2 l’an dernier, ce qui reste toujours inférieur de 20 % au total des huit premières centrales à charbon dans le monde. Si le transport maritime était un pays, s’amuse le groupe de pression, il serait le huitième plus gros pollueur au monde, derrière… les Pays-Bas.

Les émissions de CO2 dues au transport maritime seraient supérieures à celles générées par toutes les voitures des dix plus grandes villes de France ET de la seule région Grand Est réunies… Ou encore par toutes les voitures de cinq pays, dont la Belgique et la Norvège. Mais où vont-ils chercher tout ça ?

Préférons dire qu’avec plus de 170 millions de tonnes de CO2  émises l’an dernier, les centrales à charbon polluent donc 15 fois plus que toute la flotte de MSC, deuxième compagnie au monde, qui compte 473 navires marchands, et 17 fois plus que toute la flotte de Ryanair, qui opère plus de 300 avions.

Mentez, mentez : il en restera toujours quelque chose !

Le plus grave, dans cette entreprise de démolition organisée, c’est le mensonge, et Transport & Environnement n’en est pas avare. Jusqu’à affirmer que « le transport maritime est le seul secteur qui n’a adopté aucune mesure de réduction de ses émissions de carbone », alors que tous les armateurs, qu’il s’agisse de transport de marchandises ou de passagers, se sont précisément engagés à les réduire, et notamment à passer progressivement à la propulsion au gaz naturel léger.

Les premiers navires au GNL viennent d’ailleurs de sortir de chantier : le porte-conteneurs géant Jacques Saade chez CGA CGM, l’AIDAnova et le Costa Smeralda chez les croisiéristes, en attendant le MSC Virtuosa.

Bref, la mauvaise foi de Transport & Environnement continue, impunément. D’autant que ces pourfendeurs verts du tourisme sont financés notamment par… l’Union Européenne. On croit rêver !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY