Tourisme UE-Chine: iFLYTEK veut abolir les frontières linguistiques

À l’occasion de la journée d’ouverture de la Mission chinoise auprès de l’UE et dans le cadre de l’année du tourisme Chine-UE 2018, la société iFLYTEK était de la partie pour présenter son produit phare : iFlytek EasyTrans 2.0, un outil technologique de traduction instantanée qui rencontre déjà un énorme succès en Chine et s’attaque désormais au marché européen.

Journée d’ouverture

Cette journée d’ouverture de la Mission chinoise auprès de l’UE a accueilli un public varié sur invitation, dont de nombreux enfants (de diplomates ou fonctionnaires européens pour la plupart), pour qui des activités étaient prévues.

Au-delà de la très belle décoration arborée par l’Ambassade dont on pouvait profiter, le public était invité à profiter du spectacle de danse traditionnelle chinoise performé par des jeunes lycéennes chinoises mais aussi européennes, après un mot d’ouverture de l’Ambassadeur.

Le champion Jean-Michel Saive et son frère étaient également présents pour s’adonner à une démonstration de tennis de table.

On trouvait aussi un petit atelier de dessin, coloriage et bricolage pour les enfants, ainsi qu’une initiation à l’écriture chinoise et plusieurs ouvrages sur la Chine librement disposés.

Promotion de la destination Chine

Au niveau du tourisme, Mini Europe était présente, mais l’accent était surtout placé sur la Chine. On retrouvait ainsi l’hôtel Tangla et la compagnie aérienne Hainan Airlines, et surtout un stand qui présentait différents guides mettant en avant les différentes régions du pays. Pas d’agence de voyage ou de DMC pour autant.

Dans l’après-midi, un quizz sur quelques « faits fascinants » au sujet de la Chine ou encore une visite virtuelle en réalité augmentée.

iFlytek : une avancée pour la traduction instantanée

iFlytek est une société chinoise leader du marché de l’intelligence artificielle dans son pays, qui se spécialise sur les outils de traduction instantanée à reconnaissance vocale. Avec plus de 500 millions d’utilisateurs en Chine – soit près d’un Chinois sur deux ! – l’entreprise est N°1 dans son pays, et cherche désormais à s’implanter sur le marché européen.

À l’occasion de cette journée et avec une ambition certaine pour les collaborations du tourisme entre la Chine et l’Europe, la société est venue présenter sa technologie. Après une première démonstration « sur scène », les utilisateurs avaient l’occasion de découvrir son utilisation au stand dédié.

Alors que Google Translate et les autres outils en ligne sont régulièrement moqués pour leur traduction plus qu’approximative – malgré les progrès réalisés ces dernières années – il faut reconnaître que la technologie utilisée par iFlytek constitue une véritable avancée dont on entrevoit clairement le potentiel.

Bien que nous ne puissions attester de la qualité de la traduction vers le chinois (mandarin), il faut reconnaître que les traductions effectuées du chinois vers la langue de Molière donnaient un français impeccable. L’utilisateur prononce une ou deux phrases dans sa langue maternelle dans le dictaphone, qui répète aussitôt la phrase en chinois (et vice versa bien entendu). L’appareil est également capable de faire la traduction sur base d’un texte ou même d’une photo.

Pour une traduction du chinois vers l’anglais ou l’inverse, pas besoin d’être connecté à internet. En revanche, il faut l’être pour pouvoir traduire les autres langues. De même, pour le moment il faut que le chinois soit la langue de départ ou d’arrivée, mais la société développe d’autres langues sans passer par le chinois pour le futur.

Spécialisée dans les technologies linguistiques intelligentes autour de la synthèse de la parole et de la reconnaissance vocale, le leader chinois vise à établir une communication vocale Homme/machine aussi efficace qu’une communication Homme/Homme. Pour l’instant, l’outil couvre déjà 33 langues différentes, et s’étend à d’autres dialectes que le mandarin standard (comme le cantonnais). Le taux d’exactitude de la traduction de cette technologie atteint par ailleurs les 95%.

Potentiel pour le tourisme

Alors que l’Europe a accueilli 6 millions de ressortissants chinois en 2017 selon un rapport récent de l’Académie du Tourisme de Chine, ce chiffre déjà non-négligeable est en bonne voie pour croître de 7,5% par an en moyenne au cours des quatre prochaines années. Pour nos pays, cela représente donc une stimulation pour les secteurs économique et touristique qu’il convient de saisir.

En effet, en Belgique, les trois régions pourront tirer profit du tourisme chinois si elles se dotent des bons outils pour accueillir dignement la population asiatique en question, par ailleurs réputée comme étant la plus dépensière au monde. Le challenge principal est bien entendu la barrière linguistique, que la technologie d’iFlytek cherche à briser.

L’entreprise cherche en effet à mettre ses produits au service du secteur du tourisme et de l’industrie du voyage. Le but est de permettre de communiquer efficacement et surtout plus instantanément.

Car soyons clairs, si l’on préfère aller à la rencontre de l’autre en apprenant quelques mots dans sa langue, ou même en se rabattant sur l’anglais, nous nous retrouvons vite limités dans notre communication, et ceci est d’autant plus vrai pour le chinois.

On voit là toute l’utilité de cette technologie pour les commerçants, les chauffeurs de taxi, les restaurants, les secours… Mais aussi les hommes d’affaires. Le groupe Pierre & Vacances Center Parcs, déjà bien implanté en Chine, envisage ainsi d’utiliser la technologie d’iFlytek pour personnaliser ses offres au public chinois.

Cotée en bourse, l’entreprise occupe plus de 70% de part de marché de la technologie phonétique de la langue chinoise et a été évaluée parmi les 50 grandes entreprises les plus intelligentes au monde par le MIT Technology Review. Avec un prix d’achat oscillant autour des 330 €, nous pourrions bien voir ces appareils démocratiser leur présence en Europe.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY