Tourisme mondial : Pourquoi de tels changements chez eDreams – Odigeo ?

Nous nous étions habitués à avoir très peu d’informations sur la situation financière du groupe espagnol. Il y a quelques semaines, les représentants d’Odigeo en Europe se sont mis à parler à la presse. Il y avait quelques éléments positifs à signaler. Malheureusement, la situation a peu évolué pour les investisseurs.

Un changement de président

Philip Wolf a présenté sa démission. Il était surtout connu pour avoir créé et animé avec succès PhoCusWright. Il reste toujours administrateur du grand site indien MakeMyTrip. En remplacement, eDreams Odigeo a nommé Thomas Vollmoeller en tant que nouveau président et administrateur indépendant. Il prendra ses fonctions début janvier prochain, sous réserve de l’approbation de sa nomination par les actionnaires lors de la prochaine assemblée générale annuelle.

Thomas Vollmoeller était le DG de Xing

Il est Directeur général du réseau social professionnel, Xing (13 millions d’inscrits). Il s’agit du concurrent de LinkedIn en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Mais les choses se compliquent pour Xing depuis le rachat de LinkedIn par Microsoft.

Alors que Xing reste le leader du marché en Allemagne, LinkedIn l’a déjà dépassé en Autriche et est deux fois plus grand que Xing en Suisse. Globalement, LinkedIn aurait 575 millions d’inscrits.

Un redressement qui prend du temps

Il y a quelques mois, les fonds actuels du groupe espagnol espéraient revendre leur participation. Malheureusement, ils n’ont pas trouvé d’investisseurs leur permettant de sortir dignement. Ils ont donc pour le moment abandonné l’idée de vendre.

L’ancien directeur du marketing d’ eDreams-Odigeo (et cofondateur d’eDreams) a livré certains des défis auxquels l’entreprise était confrontée sur un marché très concurrentiel.

« Si eDream-Odigeo est toujours la plus grande agence de voyages en ligne en termes de chiffre d’affaires, elle perd des parts de marché« .

Il a toutefois souligné que la société affichait l’une des meilleures marges d’EBITDA (un bon indicateur de la rentabilité opérationnelle) sur le marché des voyages en ligne. Le groupe e-Dreams Odigeo s’est classé en quatrième position derrière Booking Holdings, OntheBeach.co.uk et TripAdvisor.

Enfin à fin février dernier, e-Dreams Odigeo avait relevé ses prévisions de bénéfices pour l’ensemble de l’année à 2 millions d’euros ». Il a ajouté : « le problème pour toute entreprise qui cherche un redressement est qu’il doit y avoir une fin. Vous ne pouvez pas continuer à essayer de résoudre un problème continuellement. Il arrive un moment où les investisseurs et autres observateurs intéressés devront juger si la stratégie a porté ses fruits. ».

Vous pouvez découvrir son analyse très intéressante sur : https://medium.com/traveltechmedia/the-state-of-online-travel-agencies-2019-8b188e8661ac

Les actionnaires espèrent mais les doutes persistent

EDreams Odigeo n’a pas augmenté son bénéfice par action au cours des trois dernières années, c’est-à-dire qu’il a chuté de 9,7 % (annualisé). Difficile de juger la valeur de l’entreprise sur son EPS (bénéfice par action).

Il se peut que le taux de croissance de 3,9 % du chiffre d’affaires eDreams Odigeo ait convaincu les actionnaires de croire en un avenir meilleur.

Dans ce cas, la société sacrifie peut-être son bénéfice actuel par action pour stimuler la croissance et peut-être que la confiance des actionnaires va croire en des jours meilleurs.

L’action d’eDreams-Odigeo à la bourse de Madrid vaut 3,86 euros le 26 Août 2019. Il y a un an, l’action était cotée à 3,97 euros. Il y a donc encore beaucoup à faire pour redonner la confiance au marché.

Serge Fabre

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY