Tourisme low cost : la métamorphose de Ryanair

Plusieurs signes intéressants ont montré, ces derniers temps, que le modèle « low cost » extrême initié par Ryanair était en train d’évoluer. D’abord il y a le gel d’un avion de la compagnie sur l’aéroport de Bordeaux, sur la demande de la DGAC, pour forcer le transporteur, décidément bien récalcitrant à se soumettre aux décisions de justice.

Elle consiste à régler la somme de 525.000 € correspondant à des subventions jugées indues par les autorités communautaires. On se demande d’ailleurs si elle a dédommagé les 149 passagers dont le vol a été annulé à cette occasion.

L’affaire date des années 2008 et 2009 pendant lesquelles la compagnie irlandaise a touché pour plus de 900.000 € de subventions de la part du département de la Charente avant de quitter l’aéroport d’Angoulême car ses demandes pour les années suivantes avaient été jugées exorbitantes par les charentais.

Il a fallu 5 ans de procédures pour obtenir que Ryanair soit obligée de rembourser les montants jugés indûment reçus.

Mais au lieu de s’exécuter le transporteur irlandais n’a payé que la moitié arguant que le solde qui se montait à 524.907 € n’était pas dû puisque le département de la Charente n’avait pas jugé bon de poursuivre sa collaboration avec la compagnie.

Il a donc fallu encore 4 autres années pour que Ryanair finisse par s’exécuter en ne remboursant d’ailleurs que le principal, c’est-à-dire les 504.907 € en omettant le montant des intérêts de 677,25 €. On reste tout de même étonnés de cette mesquinerie.

La leçon à tirer est quand même très claire. Le modèle Ryanair tel qu’il a fonctionné pendant plus d’un quart de siècle, devra être abandonné. Il reposait sur une contribution importante des collectivités locales avec un marchandage assez simple, mais tout de même très efficace : « J’ai des avions et je peux les mettre n’importe où en Europe. Si vous voulez que je vous amène des passagers qui développeront votre économie, vous devez mettre la main à la poche. Cela nous permettra de proposer des prix tellement peu chers que cela générera un nouveau marché. Ainsi ce sera profitable à la fois pour vous et pour nous ».

Et le système a fonctionné. Il a permis à nombre d’aéroports régionaux français et européens de se développer et, soyons honnêtes, cela a fait revivre nombre de campagnes qui étaient en voie de de désertification.

Seulement le système a fini par lasser les contributeurs et les concurrents qui eux, tels Easyjet ou les transporteurs classiques, avaient une pratique très différente. Les décisions européennes sont tombées, les aides ont été jugées illégales et un certain nombre d’entre elles devront être remboursées. Cela conduit tout naturellement Ryanair à revoir de fond en comble son modèle d’exploitation.

A partir du moment où la compagnie ne peut plus compter sur l’argent public, elle doit à l’évidence chercher d’autres marchés capables de payer nettement plus cher l’accès aux appareils. Mais alors comment rester dans les aéroports secondaires ?

Ces derniers n’ont d’intérêt que si les tarifs sont extrêmement bas ce qui n’est possible que si les coûts sont eux aussi très faibles et s’il y a une compensation publique. C’est ainsi que Ryanair commence très sérieusement à envisager de travailler sur les grandes plateformes et qu’elle a par exemple demandé des « slots » à Orly.

Oui, mais l’affaire n’est pas simple car les grands aéroports européens sont tous « contrôlés », c’est-à-dire que leur accès est limité à un certain nombre de mouvements.

Il serait surprenant que les opérateurs actuels se poussent pour faire de la place à une compagnie qui les a traités de haut pendant des années. Et puis la fronde des salariés au premier rang desquels les pilotes a sérieusement commencé à secouer le transporteur irlandais.

D’ailleurs les grévistes ont exprimé plus d’une demande de considération de la part de la direction qu’une réclamation de hausse des salaires.

Pour la première fois, Ryanair a dû essuyer un sérieux mouvement de grèves et ce dans plusieurs pays en Europe. Bon gré, mal gré, la direction a dû se résigner à discuter avec les syndicats.

Et si cela ne suffisait pas, la menace du Brexit est de plus en plus sérieuse. Et si celui-ci est prononcé, c’est toute l’énorme opération que Ryanair exploite à partir du Royaume Unie qui va se trouver impactée.

Ryanair a beaucoup bénéficié d’un modèle original basé exclusivement sur la recherche du prix de revient le plus bas possible de manière à proposer des tarifs sans équivalent. Elle devra changer et vite. Sinon…

Jean Louis Baroux

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY