Tourisme international : les meilleurs résultats depuis 2010

Durant les six premiers mois de 2017, les destinations à travers le monde ont accueilli 598 millions de touristes internationaux, soit une hausse de 6 % nettement supérieure à la tendance de ces dernières années (4 %). En fait, le premier semestre de 2017 s’est avéré le plus performant en sept ans et demi!

Selon le
Baromètre du tourisme mondial de l’OMT, ces bons résultats s’expliquent par forte croissance constatée dans de nombreuses destinations et par la poursuite de la reprise dans celles qui avaient connu une baisse au cours des dernières années, comme la Turquie, l’Égypte et la Tunisie. Le secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai, évoque aussi « une forte reprise dans certaines destinations affectées l’an passé par des problèmes de sécurité ».

Au premier semestre, la croissance a ainsi été la plus soutenue au Moyen-Orient (+9 %), en Europe (+8 %) et en Afrique (+8 %) – les destinations méditerranéennes ont enregistré une croissance particulièrement forte. Suivaient l’Asie et le Pacifique (+6 %).

UN EFFET TRUMP ?

Les Amériques (+3 %) fermaient la marche, même si, comme le relève l’OMT, la plupart des destinations ont maintenu leurs bons résultats : Amérique du Sud (+6 %), Amérique centrale (+5 %), Caraïbes (+4 %)…

Toutefois, l’Amérique du Nord n’a enregistré que 2 % de croissance. « Les bons résultats enregistrés au Mexique et au Canada ont été partiellement compensés par une baisse des arrivées aux États-Unis, première destination de la région », explique l’OMT.

FORTE DEMANDE DES MARCHÉS ÉMETTEURS

En revanche, les principaux marchés émetteurs ont fait preuve d’une belle vigueur. L’augmentation du nombre d’arrivées pendant le semestre a été soutenue par la forte demande de voyageurs provenant du Canada, de Chine, de France, d’Espagne, de République de Corée, du Royaume-Uni et des États-Unis. En outre, après quelques années de baisse de leurs dépenses à l’étranger, le Brésil et la Russie ont affiché une forte reprise.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY