Tourisme en France: une cellule de crise pour ne rien faire!

Alors que le gouvernement français réunira mardi prochain pour la deuxième fois, le « comité d’urgence économique » dédié au tourisme, un énième rapport recommande une réaction des pouvoirs publics qui doit aller au-delà de la gestion des crises en créant une « cellule de crise », une nouvelle structure alors qu’il en existe déjà tant…

L’enquête a été commandée à l’ancien président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, au lendemain des attaques du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. Mercredi, les conclusions ont été remises au Premier ministre, Manuel Valls. Les auteurs encouragent la création d’un Observatoire national du tourisme afin d’avoir une image « juste » de la réalité touristique en France, première destination mondiale qui a accueilli 84,5 millions de visiteurs étrangers en 2015.

Il ne serait que temps… Depuis longtemps, de nombreux acteurs du tourisme dénoncent ces chiffres sortis du chapeau. Pagtour a depuis longtemps démontré par l’exemple les chiffres dont se gargarisent les hommes politiques. Ainsi, selon les statistiques officielles, un peu plus de 10 millions de Belges passeraient leurs vacances en France… Quand on sait que la Belgique compte 11 millions d’habitants, il y a de quoi se poser des questions… Autre préconisation : la création d’une cellule de gestion de crise dédiée au tourisme dont la mission sera de délivrer une « information fiable au cœur de la crise » qui favorisera une relance coordonnée par la suite.

Les auteurs suggèrent également la mise en place d’un plan « Tourisme sûr » qui, « au-delà de la menace terroriste, permanente mais universelle, engloberait les dispositifs de prévention de la délinquance dans les zones touristiques ». Toujours selon le rapport, la capitale devrait se doter d’un outil spécifique, un Comité stratégique de la « Destination Paris », notamment dans la perspective des Jeux olympiques de 2024 et de l’Exposition universelle de 2025, pour lesquels Paris est candidate.

Toutes ces mesures ont déjà été proposées dans le rapport d’information du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques sur l’évaluation de la politique d’accueil touristique. Il a été rédigé les députés Jeanine Dubié et Philippe Le Ray et publié le 2 juillet 2015… Tout était déjà écrit… Mais visiblement pas lu, sauf par Jean Paul Huchon…

Et la mutualisation des moyens ?

« Du choc brutal à Paris au dernier trimestre 2015 à l’espoir d’un rebond au printemps 2016, des espoirs déçus du second trimestre 2016 sous les effets des attentats de Bruxelles, de la détérioration du climat social et des intempéries, et ce malgré l’Euro 2016, à la réplique tant redoutée de l’attentat de Nice du 14 juillet 2016, nous avons assisté ces six derniers mois à un enchaînement d’évènements plus ou moins dramatiques, une « série noire », qui fragilise des professionnels du tourisme », analysent les auteurs de l’enquête…

Sans tenir compte des circonstances exceptionnelles qu’a connu la France depuis un an, rien ne remplace selon eux un travail de promotion en profondeur de la « Destination France ». « Le meilleur, voire le seul, antidote aux atteintes à la réputation d’une destination ou la perte de confiance des touristes suite à des attaques terroristes reste la promotion massive de ses atouts et de son offre touristique auprès des clientèles étrangères comme nationales, à condition de choisir le moment opportun », expliquent-ils…

Un pavé dans la mare d’Atout France qui est chargée depuis des lustres de la promotion de la destination… Il est aussi dommage que les auteurs aient oublié de recommander la mutualisation des moyens de tous les OT, CDT, CRT… Selon le rapport : « Le tourisme, un atout formidable pour la France » rédigé par les sénateurs André Ferrand et Michel Bécot (qui préconisait déjà tout ce que le rapport Huchon propose) et déposé le 29 juin 2011 (!), le montant total dépensé par tous ces acteurs qui vont à la bataille en ordre dispersé représenterait près de 2 milliards d’euros. Quand on sait que le budget d’Atout France ne pèse que 70 M€ (dont 35 M€ de subventions de l’État) ! Le tourisme, priorité nationale… on rigole !!!

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY