Touring: Une voiture électrique d’occasion? C’est possible, mais restez vigilant

«Bien qu’elle ne représente pas encore la majorité des immatriculations, la voiture électrique gagne indéniablement du terrain». Selon Touring, la croissance est particulièrement marquée parmi les voitures de société. «Bon nombre de ces véhicules (de leasing) aboutissent sur le marché de deuxième main après 4 ou 5 ans, en quête d’un nouvel utilisateur. L’offre électrique se développe donc aussi dans l’occasion: sur un site de vente très fréquenté, elle dépasse actuellement les 2.000 unités en Belgique. Pour un peu moins de 10.000 €, vous y trouverez par exemple une petite Renault ZOE ou une Nissan Leaf d’environ 5 ans. Il est possible de débourser moins, mais il s’agit alors de modèles âgés de 8 à 10 ans ».

« Vous avez envie de contribuer à la protection de l’environnement en achetant une voiture électrique d’occasion? » Touring vous donne quelques conseils ainsi que des critères d’évaluation.

Tarifs fiscaux avantageux et faible coût d’utilisation
Le traitement fiscal préférentiel n’est pas réservé qu’aux voitures électriques neuves. En Flandre, les occasions sont exonérées de la taxe de mise en circulation et de la taxe annuelle de circulation. Si vous êtes immatriculé à Bruxelles ou en Wallonie, vous paierez le tarif minimum, respectivement  61,5 € et 85,27 €.

Par ailleurs, l’entretien périodique d’une voiture électrique revient généralement moins cher que celui d’un véhicule à moteur thermique. En effet, le moteur électrique compte moins d’éléments mobiles et de pièces d’usure, comme l’embrayage ou la courroie de distribution.

Lorsque vous rechargez votre voiture à domicile, le coût de l’énergie ou du carburant par kilomètre parcouru est nettement inférieur à celui du moteur à combustion. Bref, sur le plan fiscal, la voiture électrique mérite assurément d’être prise en considération.
Évaluez l’autonomie

Aujourd’hui, les voitures électriques neuves offrent souvent un rayon d’action théorique de 300 km, voire plus. Ce n’était pas le cas il y a quelques années. La voiture électrique moyenne était encore limitée à 125 km, tout au plus 250 km. C’est logique: actuellement, une électrique moyenne embarque en général une batterie de 60 kWh. Sur une occasion, ce chiffre doit souvent être divisé par deux au minimum.

Cela dit, cette autonomie inférieure suffit dans de nombreux cas. La plupart d’entre nous ne parcourent pas plus de 50 km par jour en moyenne, surtout si la famille possède une autre voiture. Pour déterminer vous-même si un rayon d’action limité représente vraiment un obstacle, tenez pendant quelques semaines un petit journal où vous inscrirez chaque jour le kilométrage parcouru.

Vérifiez l’état de la batterie et l’autonomie réelle
En vieillissant, une batterie perd progressivement de sa capacité maximale. Les utilisateurs de smartphone le savent bien. L’expérience concrète montre cependant que la batterie se dégrade beaucoup moins vite sur une voiture que dans un téléphone. Après 5 ans, sur la majorité des voitures électriques, la capacité dépasse encore 90%, et il est rare qu’elle tombe en dessous de 80%.

Si vous voulez être sûr du kilométrage que vous pouvez accomplir d’une traite, demandez au vendeur un essai plus long. Comparez ensuite le nombre de kilomètres parcourus avec la diminution du rayon d’action que l’ordinateur de bord affiche. Cela vous donnera une idée plus précise de l’autonomie effective en fonction de votre style de conduite et des conditions d’utilisation.

Attention: par temps très froid, la voiture électrique voit son rayon d’action diminuer par rapport aux températures habituelles. D’après une étude de l’AAA, le pendant américain de Touring, une température hivernale de -6,6° Celsius peut réduire l’autonomie de 41% si le chauffage est aussi sollicité. De même, une température très élevée (au-dessus de 35° Celsius) alliée à la climatisation peut entraîner une perte d’autonomie de 17%.

Recharge à domicile: pratique et économique
Tout le monde ne dispose pas d’un garage ou d’une place de stationnement réservée pour recharger sa voiture électrique. Si c’est votre cas, adressez-vous à un spécialiste pour connaître les possibilités d’installation d’une borne permettant de recharger une voiture compatible.

N’oubliez pas de prendre en compte les frais d’installation.
D’autre part, s’il est pratique de pouvoir ravitailler en électricité devant votre porte, ce n’est pas toujours indispensable. Y a-t-il une borne de recharge publique à distance de marche? Dans ce cas, rien ne vous empêche d’en faire usage.

Notez aussi que l’énergie d’une infrastructure publique coûte plus cher qu’à la maison. Évitez également d’accaparer la borne en gardant votre voiture branchée une fois la recharge terminée.
Le coût? À domicile, comptez environ 4,5 € pour 100 kilomètres (coût moyen de l’électricité € 0,23 kWh x 20 kWh par 100 km pour une voiture électrique moyenne).

Sur une borne publique ordinaire, la facture par kWh se situe aux environs de 37 centimes. Dans notre exemple de calcul, cela revient à quelque 7,5 € pour 100 km. Nous sommes toujours juste en dessous du coût d’une voiture essence ou diesel particulièrement sobre, consommant 5 litres de carburant.

Et la recharge rapide? Prévoyez un coût de 0,60 euros le kWh, soit environ 12 € par 100 km. Des tarifs encore plus élevés sont parfois exigés. Si vous parcourez de longues distances, choisissez une voiture avec recharge rapide.

Pour savoir si la voiture répond à vos besoins, le rayon d’action n’est pas le seul critère. Penchez-vous aussi sur les possibilités de recharge. Si vous devez parcourir de longues distances avec une capacité de batterie relativement réduite, il vous faudra effectuer des recharges rapides en chemin. Renseignez-vous: cette possibilité est-elle prévue? Sur les voitures électriques de dernière génération, c’est presque devenu une évidence, mais il reste des véhicules âgés de quelques années qui en sont dépourvus.

Vous faites souvent appel au chargeur rapide? N’oubliez pas que le kWh vous coûtera nettement plus cher qu’avec une infrastructure ordinaire. Et à long terme, des recharges rapides fréquentes exercent un effet négatif sur l’autonomie de la batterie.

En panne de batterie sur la route? N’hésitez pas à faire appel à Touring. Notre ‘EV booster’ spécialement conçu à cet effet vous redonnera en quelques instants un supplément d’énergie suffisant pour atteindre une borne ou pour rentrer chez vous. Cette année, Touring a déjà dépanné 1.091 automobilistes électriques.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY