Tour des Flandres, la grand-messe des Flamands

Chaque année, le premier dimanche d’avril, la moitié des Flandres sort dans la rue et l’autre se calfeutre devant le poste de télévision. Ce dimanche donc, la grand-messe des Flandriennes va réveiller le nord de la Belgique.

Si ce n’est pas le cas cette année, il est fréquent que cela arrive le jour de Pâques. La religion et le vélo sont souvent indissociables dans une Flandre qui voue un culte à sa déesse de petite-reine et où le Ronde apparaît comme la grand-messe.

Dans quelques jours, des centaines de milliers de fidèles assisteront donc à la procession de leurs prophètes en attendant la fumée blanche qui consacrera le nouveau pape des deux roues.

« Le Tour des Flandres était une des courses les plus horribles à disputer mais l’une des plus belles à gagner », a un jour déclaré Sean Kelly, deux fois … deuxième, à propos de la grand-messe du cyclisme flamand.

DSC04100Anvers, ville de départ

De 1913 à 1976, le Tour est parti de Gand, pour ensuite déménager à Saint-Nicolas, en Flandre orientale, de 1977 à 1997. En 1998, Bruges vit les premiers coups de pédales des coureurs de la «Vlaanderens Mooiste», mais après dix-neuf années, Anvers prit le relais.

Jusqu’en 2021, le Tour des Flandres démarrera à Anvers, une ville qui n’a pas été choisie par hasard par l’organisateur Flanders Classics. «Anvers est une ville au rayonnement national et international qui se profile en Belgique comme un haut lieu de cyclisme, et par extension de sport », a expliqué le directeur de course Wim van Herreweghe. Schoten.

« La métropole a été l’hôte d’une des étapes du Tour de France 2015. De plus, en 2020, cela fera 100 ans que la ville a organisé les Jeux olympiques. Anvers mêle une atmosphère branchée à un superbe cadre historique, ce à quoi le Tour des Flandres s’identifie. Le départ sur la Grand-Place convient donc parfaitement pour mettre en valeur cette combinaison unique.»

La plus grande kermesse flandrienne

Mais très vite après Anvers, les coureurs découvrent les spécificités de cette course. Suer sur les pavés, grimper les collines flamandes, pédaler devant des centaines de milliers d’accros de vélo, pas de doute, le Tour des Flandres est un des monuments du cyclisme, voire pour certains ‘La classique des classiques’, la course dont les vainqueurs deviennent aussitôt des légendes vivantes…

DSC04103Les passages obligés sont des noms pas encore «redevenus» à la mode pour les plus jeunes. Mur de Grammont, Pottelberg, Paterberg, Koppenberg, Taaienberg, Kruisberg….

La bière des coureurs

Reste le Vieux Quaremont, que les coureurs graviront à trois reprises cette année, le Vieux Quaremont est au Tour des Flandres, ce que le Mur de Huy est à la Flèche Wallonne, un passage mythique. En 2010, la brasserie de Brabandere a eu l’idée géniale brasser une nouvelle bière, le Kwaremont.

« La Kwaremont blonde affiche le tempérament corsé de la célèbre ascension de l’Oude Kwaremont », explique Guillaume Lambrecht, responsable de la communication.

« Cette bière aux malts puissants vous apporte une bonne dose de sucres liquides après l’effort. Récompensez vos performances : rien ne remplace la saveur aussi prononcée que désaltérante de la Kwaremont, qui tire 6,6 %, comme les meilleures côtes. La Kwaremont a remporté le titre de Meilleur Produit de l’Année 2015-2016! Cent quatorze produits se disputaient ce prix prestigieux, où finalement le consommateur est le décideur. Plus de 11.000 consommateurs ont évalué leur produit favori. Cette élection est la plus grosse enquête de notre pays, où le consommateur a une influence directe sur les résultats.»

DSC04122Un spectacle parfois unique

Le Tour des Flandres, c’est aussi une histoire d’amour et de désamour entre les coureurs. Pratiquement, chaque année a écrit la légende. On pourrait vous raconter les plus grands, mais on se contentera d’une seule version. Les plus anciens se souviendront de la version 1977.

Cette année-là, Maertens crève sur le Koppenberg. Un spectateur lui vient en aide en lui passant une roue et le pousse jusqu’au sommet.

Il faut savoir que le Koppenberg occupait une place unique dans l’histoire du cyclisme professionnel. Quels que soient l’année, le temps, c’est la seule côte au monde où l’on voyait des grands coureurs mettre pied à terre.

En ’85, Vanderaerden fut le seul coureur à ne pas mettre pied à terre. Deux ans plus tard, le Danois Skibby, en tête, sentit la voiture du directeur de course le toucher avant de rouler sur son vélo.

DSC04133-1Mais revenons-en à 1977. De Vlaeminck, seul devant, perce peu après le Koppenberg et voit le retour de Maertens. De Vlaeminck refuse de collaborer. Pendant 70 km, Maertens emmène le duo jusqu’à l’arrivée avec De Vlaeminck dans sa roue et ce dernier le bat facilement au sprint. Les deux champions auront une version différente des faits. Maertens déclara que les commissaires lui avaient dit qu’il serait disqualifié pour son changement de roue illégal et que De Vlaeminck lui avait offert 7.500€ pour qu’il roule jusqu’à l’arrivée.

De son côté De Vlaeminck nia les faits, disant que sa tactique était de rester dans la roue de Maertens, qu’il considérait comme le meilleur sprinteur. Après la course, la controverse s’est accentuée encore plus, lorsque Maertens et le troisième Walter Planckaert sont testés positifs au contrôle anti-dopage et furent tous deux disqualifiés.

Audenarde, la ligne d’arrivée

Qui donc pourra succéder à Sagan ? La lutte s’annonce acharnée! En tout cas, à Audenarde, on semble prêt pour ovationner le vainqueur. Les commerçants affichent en vitrine qu’ils participent à une tombola offrant un superbe vélo.

Depuis 2012, l’arrivée du Tour des Flandres se trouve à Audenarde, une ville historique dans la province de la Flandre-Orientale. Tom Boonen est le premier vainqueur de cette arrivée.

SaganAudenarde, connue pour ses bières brunes régionales, met tout en oeuvre pour que cette classique connaisse un grand succès. Au jour du Ronde, on peut par exemple, jouir de l’ambiance et de l’animation dans la zone d’arrivée, suivre la course entière sur des grands écrans le long du parcours, bénéficier des actions des organisations locales, …

Que dire du musée que l’on peut visiter toute l’année? Un endroit magique à visiter où, après un film, on est projeté dans une vie, dans sa vie. Les photos, les vélos, les maillots nous ramènent à tout instant à un événement de notre vie. Des noms nous reviennent. Des noms qui dansent en bouche comme les bonbons d’antan. Des noms qu’on ne peut dissocier de robes à froufrou et dentelles et de costumes sombres un brin menaçants. Les petites histoires familiales recoupent la grande Histoire dans ce bal à lampions de la plus grande kermesse flandrienne, la grande histoire et singulièrement la nôtre en particulier.

Le musée pour infos

Heures d’ouvertures

Ouvert tous les jours de 10h jusqu’à 18h. Ouvert le lundi.

Attention! Une visite au musée prend environ une heure jusqu’à une heure et demie. Alors, nous vous conseillons d’acheter votre billets au moins une heure avant l’heure de fermeture.

Les tarifs d’accès

Individuel: € 8

60+: € 6

Groups (min. 15 personnes): € 5,50

Billet famille: € 17,50

Écoles: € 2

Jeunes jusqu’à 14 ans et étudiants: € 4

Visite guidée (+/-90 min): € 75

Douche (serviettes et savon inclus): € 2

Contact

Markt 43 – 9700 Oudenaarde

Belgium

T: +32 (0)55/33.99.33

E-mail: info@crvv.be

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY