Toto sauvera-t-il Alitalia de l’abîme…

Le gouvernement italien vient de sortir de son chapeau, Toto, pour garder Alitalia dans sa botte. Décidément, cette compagnie aérienne pourrait figurer dans le « Guiness Des Records » pour le nombre de sauvetages totalement inutiles … Comme l’écrivait Nietzsche: « quand on regarde longtemps dans l’abîme, l’abîme vous regarde ».

Le mécène Toto existe bien …

Comme l’indique le journal « La Stampa » : Toto entre officiellement en lice pour Alitalia. Le groupe Toto confirme pour la première fois sa participation au consortium pour relancer l’ancienne compagnie aérienne nationale.

Dans un courrier, écrit par le directeur général Lino Bergonzi et le fils du fondateur Riccardo Toto, la société donne ses « références » pour rejoindre Alitalia, notamment « sa fiabilité, son expérience entrepreneuriale et ses ressources financières suffisantes pour traiter avec des partenaires de valeur égale, avec professionnalisme, compétence et sérieux ».

Le groupe Toto est passé rapidement dans l’aérien…

Le groupe Toto était avec AirOne, la première société à concurrencer la compagnie aérienne nationale. Cela n’a pas duré très longtemps. Le groupe serait aujourd’hui un groupe en bonne santé avec un chiffre d’affaires supérieur à 500 M€ et 1.300 employés.

Toto est présent dans les énergies renouvelables, dans les travaux publics, dans les concessions autoroutières et dans la maintenance. Il faut dire qu’il y a eu un certain nombre de « légendes » autour du groupe…

Le gouvernement italien aura sûrement fait des promesses

Le gouvernement populiste – nationaliste veut tenter de sauver une nouvelle fois Alitalia. Il incite le groupe Toto à entrer dans le capital pour sûrement l’aider dans la concession d’autoroute et la remise en état des ponts et des viaducs dans les Abruzzes.

Luigi Di Maio (photo ci-dessus), vice premier ministre et ministre des finances (du Mouvement 5 étoiles) a sorti lui-même de son chapeau Riccardo Toto, fils de Carlo le constructeur et fondateur du groupe. Tout cela pour démontrer qu’Alitalia restera une compagnie italienne … le temps d’une prochaine élection !

Qui devrait participer au capital ?

L’état va conserver une part majoritaire notamment via les chemins de fer italien (30% pour Ferrovie dello Stato et 15% directement pour le Trésor). Delta Airlines devrait prendre 15%.

La compagnie américaine serait soucieuse de ne pas perdre les liaisons intercontinentales de l’alliance SkyTeam. Le groupe Air France, qui a déjà été actionnaire de la compagnie aérienne italienne ferait un retour indirect…

L’ancien patron de la compagnie colombienne Avianca

Germán Efromovich, président déchu de la compagnie colombienne Avianca, envisage un retour en force via l’Italie. Efromovich voudrait acquérir une participation dans Alitalia. Il ne faut pas oublier qu’il a été limogé de son poste de président d’Avianca, le mois dernier, pour défaut de paiement d’un prêt.

Pour information, Germán Efromovich est un entrepreneur doté de multiples nationalités : brésilien, colombien et polonais. Il a précisé : « Nous voulons rejoindre la direction de la société et j’aimerais être le directeur général, au moins au début ».

Tout cela parait un peu sulfureux tout comme les positions des gouvernants italiens comme le nationaliste Matteo Salvini. Dernièrement, ce dernier n’a pas hésité pas à demander la prison pour une femme qui a sauvé des migrants de la noyade ! Le monde ne tourne pas bien rond !

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY