Thomas Cook renaît de façon assez misérable

Thomas Cook était sûrement une des plus belles marques du voyage. Malheureusement, l’entreprise est morte et a laissé des blessures profondes pour ceux qui travaillaient en tant que personnel de l’entreprise ou en tant que partenaire.

Une faillite impensable

Thomas Cook Group Plc, l’agence de voyages de 178 ans qui était devenue l’une des marques les plus connues dans le monde. Elle s’est effondrée, en Septembre 2019, sous une pile de dettes, laissant des dizaines de milliers de touristes bloqués à travers l’Europe.

L’ex-PDG, Peter Fankhauser, n’aura pas su convaincre les actionnaires et le gouvernement britannique. Thomas Cook est une victime de premier plan du malaise qui affecte le marché européen des vacances, bien avant la pandémie au Covid19.

Pendant des décennies, des voyagistes tels que Thomas Cook et l’allemand TUI ont prospéré en proposant des vacances à forfait aux Européens avides de soleil. Mais la montée en puissance des compagnies aériennes à bas prix, le manque de vision sur le digital aura mis à terre cette vieille entreprise.

Le gouvernement britannique a laissé tomber

Le gouvernement britannique avait repoussé les suggestions selon lesquelles il devrait intervenir pour sauver l’entreprise. Il n’y avait aucun intérêt national stratégique à le faire, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab. Par ailleurs, un groupe de fonds spéculatifs a commencé à s’organiser pour bloquer le plan de sauvetage… cela les empêchait d’encaisser des avoirs de swaps.

Les chinois avaient proposé un plan

Le groupe chinois, Fosun Tourism Group, avait proposé un sauvetage de 1,1 milliard de dollars en échange du contrôle des opérations touristiques de la société et d’une participation minoritaire dans sa compagnie aérienne. Le plan prévoyait également l’échange de dettes contre des fonds propres et l’émission de nouvelles actions. Tout cela a été refusé.

Un site www.thomascook.com va renaître et une app !

Fosun, le groupe chinois, l’a racheté pour 13 millions d’euros. Le groupe voudrait relancer la marque pour commercialiser quatre marques hôtelières, bien qu’il opèrera principalement en Asie. Il y aura une application.

Mais qui peut encore faire confiance à une marque qui a fait faillite et laissé des milliers de clients et d’entreprises … en attente d’être remboursés ?

(Mistertravel.news)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY