THAI Airways touchée mais pas coulée

Comme la plupart des compagnies aériennes dans le monde, la compagnie thaïlandaise est au bord de la faillite. La pandémie actuelle a affaibli les entreprises déjà bien souffrantes. Des questions se posent pour THAI Airways.

Un ministre évoquait une faillite

Le ministre thaïlandais des Finances, Uttama Savanayana, a déclaré que le gouvernement pourrait être ouvert à l’option du dépôt de bilan de THAI.

La réhabilitation de la compagnie aérienne, dont le gouvernement est actionnaire à 51%, pourrait être autorisée par une ordonnance du tribunal de la faillite.

L’État pourrait également approuver un plan de restructuration avec l’apport d’un prêt.

THAI Airways souffre depuis longtemps

THAI, qui fête ses 60 ans cette année, a enregistré une perte nette de 66 millions de dollars en 2017, 361 millions de dollars en 2018 et 374 millions de dollars l’année dernière.

THAI Airways détiendrait une dette estimée à près de 8 milliards de dollars. La trésorerie de la compagnie aérienne ne serait que de 674 millions de dollars.

La frayeur de membres de coopératives

Si l’état possède 51% de la compagnie nationale, plusieurs coopératives d’épargne détiennent un pourcentage non négligeable. Certains membres de coopératives ont commencé à paniquer devant une possible faillite.

Par exemple, la coopérative de l’hôpital général de la police a également dissipé les inquiétudes quant à sa santé financière, affirmant qu’elle n’avait pas de problèmes de liquidité et surveillait la situation de la THAI.

La coopérative aurait investi 768 millions de bahts dans la compagnie aérienne et la coopérative d’épargne de la police royale thaïlandaise a investi 97 millions.

Un plan de sauvetage et une restructuration ?

Le ministère des Finances devrait garantir un prêt de 50 milliards de bahts, afin de sauver la compagnie aérienne. Cependant, le prêt proposé a été critiqué par l’opposition qui considère qu’il s’agit d’un gaspillage de l’argent des contribuables.

THAI Airways devrait recevoir ce prêt. Cependant, un réel plan de restructuration devra sûrement intervenir… mais on en parle depuis des lustres !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY