Thai Airways déclasse son hub Europe-Australie

Thai Airways International a pris cette décision face à un marché qui, s’il génère bien un fort volume de passagers, reste peu rentable en raison d’une recette passagers faible. Le marché est de fait de plus en plus dominé par les compagnies du Golfe qui ont démultiplié le nombre de vols sur l’Australie, en particulier Emirates qui travaille en partenariat très étroit avec Qantas.

En Asie du Sud-Est, le seul concurrent de taille reste donc Singapore Airlines, qui couvre l’Australie avec des vols sur une demi-douzaine de villes (dont Canberra en exclusivité) et offre les correspondances les plus courtes depuis l’Europe.

Réduction de capacités cet hiver

Le transporteur national thaïlandais offrait généralement au départ d’Europe les tarifs les plus attractifs, notamment sur la haute contribution. Thai Airways International a donc décidé de réduire très fortement ses capacités depuis cet hiver, étrillant donc les possibilités de correspondance.

La compagnie a éliminé dix vols hebdomadaires sur 39 fréquences depuis Bangkok, offrant sur l’année moins d’un million de sièges contre 1,2 million les années précédentes, soit une baisse de 30%.

Si la compagnie thaïlandaise continue de desservir quatre villes en Australie (Brisbane, Melbourne, Perth et Sydney), toutes les destinations subissent des réductions de fréquences ou de capacité.

Les capacités sur Brisbane ont baissé de 43%, de 7 à 4 vols hebdomadaires, celles de Sydney de 36%, de 11 à 7 vols hebdomadaires et celles de Melbourne de 21%, de 14 à 11 vols hebdomadaires. Seule Perth préserve le même nombre de vols (une fréquence quotidienne) avec une augmentation de capacité puisque c’est désormais un Airbus A330 qui couvre la ligne au lieu d’un Boeing 787-8.

Sydney est le grand perdant, non seulement par la baisse de ses fréquences mais aussi par un changement d’appareil. Après avoir mis en service un tout nouvel Airbus A350, Thai Airways International a remis en selle sur Bangkok-Sydney un Boeing 747-400 avec des standards de confort très inférieurs à la concurrence en Business Class.

(Luc Citrinot, Bangkok)

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY