Taux d’intérêt négatif : mais que fait le PTB, à quoi sert-il encore?

A force de parler du secteur Horeca, on en viendrait à oublier que la vie continue, notamment sur le plan fiscal. L’accord du gouvernement semble dire que les citoyens les plus riches devront payer un peu plus que les autres : en d’autres mots, ils devront s’acquitter d’une « taxe corona », qui sera en quelque sorte un nouvel impôt sur la fortune.

Mais je me demande si cela sera encore nécessaire… Hier, la banque ING a annoncé qu’elle allait appliquer un taux négatif de 0,5% sur les comptes avec plus de 2 millions d’euros. C’est la première des 4 grandes banques à agir de la sorte.

Et même si les autres jurent leurs grands dieux qu’elles ne feront pas la même chose, un organisme de défense des consommateurs comme Test-Achat en doute fortement. Un humoriste dirait que sans le vouloir cette banque applique un impôt sur la fortune de 0,5% sur 2 millions d’euros.

Le discours des banques consiste à dire que nos dépôts leur coûtent de l’argent, et c’est vrai. Pour inciter les banques commerciales à prêter de l’argent durant cette crise, la BCE (autrement dit, la banque des banques) prélève elle aussi un taux de 0,5% sur les dépôts excédentaires que déposent des banques, comme ING, BNP ou KBC, chez elle. En clair, les excédents de dépôts de nos banques commerciales sont taxés, et donc ING ne fait que répercuter sur ses clients les plus riches cette taxe de 0,5% qu’elle paie en amont.

En fait, cette annonce est juste pour moi l’occasion de rappeler qu’en Belgique, être riche est de plus en plus pénalisé, contrairement à ce qu’on pense. Les personnes riches ne peuvent plus se cacher pour être heureuses, comme on dit. C’est également vrai pour le citoyen de la classe moyenne.

La preuve : avoir des comptes à l’étranger n’est pas interdit mais, avec l’échange obligatoire de renseignements entre pays, il n’est plus possible de cacher son argent à l’étranger. L’immobilier n’en parlons pas, avec le cadastre, le fisc connaît tous nos biens sans exception. Et rester discret derrière une société n’est plus possible depuis cette loi sur les bénéficiaires ultimes.

En fait, la seule chose qui restait encore discrète, ce sont les comptes bancaires en Belgique. Mais là aussi, le nouveau gouvernement va donner un accès au fisc afin de connaitre le montant des soldes sur ces comptes. Officiellement, c’est juste en cas de suspicion de fraude… Mais la suspicion peut aller très vite, il suffit juste de quelques photos sur Facebook qui montrent un train de vie anormal et hop c’est parti.

Au fond, on pourrait presque dire que les banques et les réseaux sociaux sont devenus les auxiliaires involontaires du fisc. Mon Dieu : mais que fait le PTB, à quoi sert-il encore ?

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY