Tablettes… ou poudre d’escopette ?

Alors que (presque) tous les gouvernements occidentaux réfléchissent sur l’interdiction (ou non) des tablettes à bord des avions suite aux annonces des USA et de la Grande Bretagne, les experts du transport aérien se demandent s’il n’y aurait pas d’autres raisons plus « mercantiles » pour expliquer cette mesure trop expéditive… pour être honnête.

Tellement expéditive qu’elle devrait être appliquée dès le 25 mars prochain … Interrogée par les média, la sécurité aérienne aux États-Unis, la Transportation Security Administration (TSA), a été plus qu’évasive dans son argumentation pour justifier l’urgence de cette mise en place. Elle a évoqué de nouvelles menaces imminentes venant d’Al-Qaïda pour toucher le transport aérien. On n’en saura pas plus…

Mais selon des spécialistes de l’aérien, l’explication pourrait être ailleurs. Avant et depuis sa prise de fonction, Donald Trump s’est déchaîné contre les compagnies aériennes du Moyen-Orient qu’il accuse de bénéficier de subventions et autres tarifs de faveur sur les aéroports de la péninsule arabique et qui font une concurrence déloyale aux compagnies américaines… mais aussi européennes.

Wifi à bord, les compagnies US à la traîne sur les vols transatlantiques

Les experts font justement remarquer que la plupart des compagnies aériennes du Golfe, mais aussi Turkish Airlines, ont investi des sommes considérables pour permettre à leurs passagers d’utiliser le Wifi en permanence à bord de leurs long-courriers. Ce qui n’est pas le cas des compagnies américaines sur les vols transatlantiques qui sont à la traîne.

Conséquence, la décision américaine d’interdire les ordinateurs et tablettes à bord rend donc pour le moment ces investissements et tout l’argumentaire commercial qui les accompagne désormais obsolètes… Autant de temps gagné pour les compagnies US…

Et comme par hasard, il y a moins de quinze jours, Donald Trump recevait les patrons des compagnies aériennes américaines à qui il a promis de faire en sorte de corriger « une situation parfaitement injuste pour leur industrie »… Et après les compagnies du Golfe, quelles seront les suivantes, les européennes ?

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY