Stations Haut-Alpines à la pointe des dernières innovations

Hautes-Alpes, 05, Montgenèvre, station de ski sur le col franco-italien de Montgenèvre

Les stations Haut-Alpines mises sur de nombreux investissements et innovations qui permettent de garantir des descentes sur une belle neige, bien travaillée qui dure longtemps dans la saison, des accès au sommet des pistes rapides et confortables pour profiter encore plus de descentes. De bonnes vacances au ski ce sont aussi des infrastructures innovantes et performantes. Petit tour d’horizon des actualités.

Les remontées mécaniques
Pour répondre aux attentes de la clientèle et améliorer leur domaine skiable, les stations ont fait le choix de rénover leurs remontées mécaniques.

A Crévoux, le téléski du Pré de l’étoile est situé dans une zone blanche ce qui rend impossible tout télérelève. Ainsi, le gestionnaire du réseau électrique français ENEDIS l’a équipé pour effectuer le suivi de sa consommation électrique par satellite.

Le chantier emblématique de Serre-Chevalier concerne le télésiège Rocher Blanc sur le secteur de Briançon. Un investissement de 2,8M€ avec la mise en place d’un nouvel appareil qui dès cet hiver permettra d’offrir une meilleure liaison entre les secteurs de Briançon et Chantemerle.

La Grave a entrepris d’importants travaux de consolidation des infrastructures (réseaux électriques, entretien, etc…) du téléphérique des glaciers de la Meije qui a été repris en juin 2017 par la Société d’aménagement touristique de La Grave.

Enfin, pour l’hiver 2018/2019, la station des Orres prévoit la création d’un télésiège 6 places débrayable qui permettra de remplacer quatre remontées (soit 35 pylônes) afin d’améliorer la fluidité sur le domaine skiable et l’accueil du public, tout comme la pollution visuelle sur site.

La neige de culture
La neige de culture qu’est-ce que c’est ? De l’air, de l’eau et du froid. En pulvérisant des gouttelettes d’eau sous pression par le biais d’enneigeurs dans un air à une température négative, l’eau gèle immédiatement et se transforme en flocons de neige en retombant à même le sol.

Cette pratique se fait principalement entre novembre et décembre pour former une bonne sous-couche pour le reste de la saison. Pour assurer l’ouverture des domaines skiables et pallier un éventuel manque de neige durant la saison, les stations de ski ont désormais recours à cet or blanc.

Le contrat « Stations de demain » mis en place par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur sur la période 2016-2020 permet aux stations de développer leurs équipements, notamment en matière de neige de culture.

Ainsi, Orcières Merlette 1850 a investi 4,3M€ sur quatre ans dont 35 enneigeurs supplémentaires pour cet hiver et dans la rénovation de plusieurs réseaux d’eau et d’électricité.
Risoul
a, de son côté, dépensé 2,2M€ pour l’extension de son réseau de neige de culture tout comme Montgenèvre qui a investi 2M€ sur deux ans en rénovant certains pompages et investi dans des enneigeurs ventilateurs monofluides.

D’autres stations comme Les Orres ont également investi (800 000€) afin d’améliorer leur réseau de neige de culture et porter l’enneigement à 70% du domaine skiable contre 46% actuellement. Du côté des stations-villages du Queyras (Abriès, Aiguilles, Arvieux, Ceillac, Molines/Saint-Véran et Ristolas), le réseau de neige de culture a été également conforté en particulier sur le secteur de Molines/Saint-Véran avec l’installation de 35 perches et canons enneigeurs à basse pression, de même qu’à Ceillac et Arvieux.

Les énergies renouvelables
Plusieurs stations et domaines skiables ont fait le choix de se lancer dans une nouvelle aventure à travers les énergies renouvelables et la transition énergétique. L’objectif est de réduire la consommation d’électricité des infrastructures des stations (remontées mécaniques, production de neige de culture, etc..) grâce, notamment, à la production photovoltaïque.

Ainsi, et c’est une première en France, la station de Risoul a équipé les gares amont et aval du télésiège 8 places du Pré du Bois de générateurs photovoltaïques produisant une énergie autoconsommée de 100 000Kwh/an.

Quant à Serre-Chevalier, une installation de panneaux solaires a été installée sur la cabane de la vigie du télésiège de la Croix de la Nore avec pour objectif d’auto-consommer l’énergie produite. Des panneaux de chauffage autonomes solaires thermiques ont également été installées cet hiver en test à chaque extrémité du domaine pour évaluer les différences dues à l’exposition et l’altitude.

La station des Orres emprunte également ce chemin en tant que « Smart Mountain » avec la mise au point d’un système de management des énergies pour optimiser sa consommation. Exemple, des capteurs ont été installés pour suivre en temps réel la dépense énergétique des infrastructures de la station.

Un moyen concret pour permettre une meilleure gestion de la consommation et au bout du compte des résultats significatifs : 20 % d’économie en consommation électrique, 7 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre, 77 % de réduction de la consommation en heures creuses, 65 % de réduction de consommation hors saison ou 25 % d’économie sur la facture énergétique de la station.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY